La crise du 21eme   Le XXI ème siècle...


    Trop proche pour en parler, sauf...


Le XXI ème siècle sera à étudier par les suivants...

En effet l'histoire est trop proche et trop riche d'avenir pour être racontée.

On verra quand même :

Qu'en décembre 2006 un habitant nouvellement installé à Pouilly découvre un trésor ! A lire Le trésor de Pouilly

Cette même année le village subit les travaux de l'EPAMA sans grande contestation de la part de la mairie ni des habitants.
Il est vrai que les décisions ne se prenaient plus au niveau communal.

Quelques copains, copines de la génération d'après guerre nous quittent.
Claude Bestel, Christiane Gandeboeuf, Françoise Guichard, Dominique Vanderesse, Jean Pierre Guichard, Philippe Guichard, Marc Guichard.

Le village se transforme sous la tutelle du maire Daniel Guichard.
Nouvelles habitations essentiellement en périphérie, mais aussi jusqu'à l'ancien presbytère et l'école.
La mairie elle même comporte un logement.
Les caves sous le dos d'âne devant l'ancien café Granger sont fermées.
Le camping un peu plus structuré, ressemble toujours à un camp de réfugiés. En 2021 la situation s'est améliorée.
La grand rue est refaite.

Et malheureusement la destruction de l'ancienne grange du château...
Je ne jugerai pas de l'opportunité de cette disparition.
Il semblerait que le bâtiment présentait des risques. (Problème de charpente ?)
Le maire demandant la disparition de cet édifice, savait sans doute ce qu'il faisait.
C'est tout de même une partie de notre patrimoine qui s'en est allé.
Puis ce fut le tour de la maison d'Octave Bestel qui n'était plus occupée depuis des années.
En 2021 Le bâtiment de la ruelette est rasé. Il était vétuste et ne servait plus.

Les activités au village également disparaissent.
La fête patronale de la Saint-Martin, donc le 11 novembre, est maintenant galvaudée vers la mi-juin sous chapiteau en bordure de Meuse.
Plus de concours de pêche comme on a pu en connaître. Plus de carnaval.

Les curés sont de moins en moins nombreux et donc n'officient plus dans le village.
Ça ne manque sans doute pas cruellement à la population, mais le rythme des services (messes, saluts, vêpres, processions etc) donnait de l'animation aux habitants.

L'école aussi a disparu. Maintenant les enfants prennent le bus.
Le logement destiné aux instits est à louer.

La poste a disparu. Il subsistait encore une cabine téléphonique, aujourd'hui disparue.

L'écluse est  automatique... Plus de manivelles... Chacun se débrouille.

L'activité agricole est réduite à quatre fermes.
Guichard d'en bas, d'en haut, Prouilly et Saint Remy.

L'usine électrique après être passée de main en main est encore en activité, mais ne concerne plus le village.

Le seul café restant "Le Guinsbar" est désormais fermé depuis la mort de son propriétaire. Il n'était, il est vrai qu'ouvert épisodiquement.
En 2019 il a été détruit et sera remplacé par un nouveau bâtiment.
On est loin de la belle époque de chez Gaby, "le café des pêcheurs" et "le café Granger" !


C'est sans doute la rançon à payer pour la modernité.
Mais je me demande si le prix compense la perte de ces petits agréments que l'on trouvait dans notre village d'avant.