le bébé La naissance


Une première expérience pas toujours drôle...


La naissance, une expérience pas toujours drôle !


Cette page est générale, et concerne la période XVIIe-XVIIIe.
Le XIXe amènera par les progrès de la médecine quelques améliorations à l'arrivée des nouveaux nés, à leur santé et à celle de leur mère.
On trouvera quelques renseignements en choisissant ci-dessous.

Pour les statistiques, voir cette page Statistiques naissances.



Généralités

Le nombre d'enfants

L'intervalle protogénésique, qui sépare le mariage et la première naissance, est en moyenne générale, légèrement supérieure à un an, mais près de la moitié des épouses deviennent mère vers le 10e mois. Les espaces intergénésiques, séparant les naissances ultérieures, s'allongent progressivement avec l'âge; Dans l'ensemble, les naissances interviennent au rythme d'une tous les deux ans et demi, en raison de la pratique de l'allaitement qui entraîne chez les femmes l'incapacité de procréer (aménorrhée). Si l'enfant meurt en bas âge l'espace intergénésiques et plus réduit ; il en est de même des femmes qui n'allaitaient pas leurs enfants. Dans les familles complètes (famille ou l'union n'est pas rompue avant la fin de la période de fécondité féminine), le nombre moyen des naissances, variable essentiellement en fonction de l'âge au mariage, est de six à sept, parfois huit ; mais si l'on tient compte des veuvages précoces et des cas de stérilité, la moyenne générale s'établit, sous l'ancien régime à quatre ou cinq naissances.

Comme exception Claude Thomas et Jeanne Marguerite Chollet auront de 1765 à 1790 18 enfants dont 12 meurent en bas âge.

Citons aussi le cas de ce Guichard Antoine (1716-1788) , qui se marie 3 fois et a au total 20 enfants de 1746 à 1778. Cinq meurent en bas âge. (un de ses enfants Guichard Pierre recevra la légion d'honneur pour faits d'arme)

Plus prés de nous, le 17/11/1922, Joséphine Aurélie Bohan, épouse de Jean-Baptiste Jonet, reçoit la médaille d'or de la famille française pour avoir eu 17 enfants, dont 13 étaient encore vivants.

Le grand nombre d'enfants c'était aussi l'assurance d'une main d'œuvre bon marché. C'était l'espoir d'être recueilli par l'un d'eux quand la vieillesse, les maladies rendraient les parents dépendants. Car on ne mettait pas ses ascendants en maison de retraite comme on le fait actuellement.



Une régulation des naissances ?

Un catéchisme de 1782 pose cette question :
 "Quelles sont les principales fins du mariage ? Réponse : La première est de donner des citoyens à l'état, des enfants à l'église, des habitants au ciel".
Voilà qui laisse peu de place à un planning familial !

En apparence, la fécondité est telle dans  l'ancien régime qu'elle écarte l'hypothèse des pratiques contraceptives. En fait, si celle-ci se manifestent d'abord dans les groupes dominants, on ne peut affirmer avec certitude qu'elles sont totalement ignorées dans les milieux populaires. Il est possible qu'elle joue un rôle de frein dans le rythme des naissances chez les mères âgées de 35 ans et plus mais le phénomène reste assez limité (l'historien démographe Jacques Dupâquier l'évalue grossièrement à 10 % maximum)
A côté des vieilles drogues, des pessaires et des préservatifs (les condoms), les deux méthodes contraceptives sont l'étreinte réservée que certains théologiens tolèrent s'il n'y a pas d'émission séminale chez la femme, et le coït interrompu.
Au XVIIIe siècle, la contraception tend à ne plus être condamnée comme homicide, mais comme violation des droits du mariage. Les vrais changements interviennent après 1740 et surtout après 1770. La diffusion de la contraception est très inégale suivant les régions, traduisant des comportements locaux différents; L'apparition de la contraception dans les masses populaires, provoquent la baisse du nombre moyen d'enfants par famille, du taux de fécondité légitime après 30 et surtout 35 ans, et de l'âge des mères à la dernière naissance, donc un affaiblissement du taux de la natalité. Elle signifie aussi un changement de mentalité dans la conception de la vie et de la famille.

Quant aux avortements provoqués, il n'existe bien sûr aucune trace, autres que judiciaires. La série U des archives nous apprend que cette pratique existait et que les femmes "coupables" étaient souvent plus punies que les auteurs de viols.
A Mouzay, un jugement de désaveu de paternité, du tribunal de Montmedy, nous apprend qu'Alix Charlier a cherché à se procurer des médicament abortifs. Elle était en effet enceinte d'Albert Martinet, mais dont le père Émile Martinet était en garnison à Lons-le-Saunier lors de la conception... (AD55 Mouzay 1873-1882 115/269)




Quand naissait on ?

nombre de naissances par moisSi la venue d'un enfant est maintenant raisonnée, ce ne fut pas toujours le cas pour nos ancêtres.

La régulation des naissances n'est pas ou trop peu dans les mœurs.


Mais sur ce graphique analysant les naissances de 1673 à 1890, on peut remarquer une baisse de natalité de mai à août, période de travaux champêtres.




Est-ce à dire que nos aïeux calculait en fonction de ces contraintes ?

Faut-il aussi y voir une conséquence de la date de mariage pour l'arrivée du  premier né ?

Il faudrait sans doute affiner ces résultats par siècles, encore que le mode de vie ait peu changé du 17 ème au 19 ème.











Les naissances multiples.


On en trouve mais assez peu, et il est à remarquer que ces enfants ne font pas de vieux jours. Est-ce-dû à des problèmes d'allaitement insuffisant, des poids à la naissance trop faibles ?
En voici quelques exemples :

Les premières jumelles connues, Hélène et Marie Anne, naissent chez Louis de Pouilly et sa femme Marie de Pouilly. le 10/04/1678. (AD55 1673-1722 27/276)

Marie et Evrard Maidy naissent le 12/12/1682, enfants d'Anthoine Maidy et de Jeanne Lambert. (AD55 1673-1722 50/276)

François Lambert et Geneviève Damery ont une fille Marie Jeanne le 17/05/1749. (AD55 1723-1759 163/267)
Mais un Jean Baptiste Lambert, leur fils, décède le 24/12/1749 à 7 mois (AD55 1723-1759 168/267). Il serait donc né en mai 1749, comme cette Marie Jeanne.  Mais son acte de naissance n'est pas inscrit sur le registre. Pourquoi ?

Des triplés par exemple chez Gilles Saucette et Marie Catherine Breux le 03/02/1766 (AD55 1760-1791 69/345) Ils ne vivent que deux ou trois jours.

Des jumeaux chez Antoine Pelletier et Marie Anne Durlet le 04/07/1785 (AD55 1760-1791 292/345). Ils ne vivent que quelques semaines. Il réitèrent le 06/03/1791 avec Louis Pierre et Nicolas. (AD55 1760-1791 339/345)

Des jumeaux le 2903/1801, Philippe et Rose Tribut, enfants de Jean Nicolas Tribut et de Marie Guichard. Le maire ne rédige qu'un acte pour les deux ! (AD55 1796-1807 45/135)

Des jumeaux, Jean Baptiste et Pierre, le 18/01/1801 chez Pierre Godet, tisseur en toile, et Marie Gobert. (AD55 1796-1807 43/135). Ils décéderont, le premier à 14 jours et le second après une heure d'existence...

Des jumelles Barbe et Marie Catherine Durlet, nées le 01/09/1810, filles de Pierre Durlet, adjoint au maire et de Marie Heein, son épouse. (AD55 1802-1812 131/174). Elles ne passeront pas l'âge d'un mois.

Des jumelles également, Marguerite et Anne Adélaïde, chez Jean Lorson et Marie Lambert le 22/04/1813. (AD55 1813-1822 16/200)
Marguerite meurt dans l'année le 27/12.

Nicolas Félix et Pierre Théodore Colin sont jumeaux et naissent le 20/02/1818, de Jean Baptiste Colin, préposé aux douanes royales de la brigade de Pouilly, et de Marie Balon son épouse. (AD55 1813-1822 124/200)

Jean Baptiste et Anne Marie Chauvancy naissent le 01/09/1822, enfants de François Chauvancy et d' Elisabeth Thomas. (AD55 1813-1822 176/200)

Jean Baptiste Jonio et Victore naissent le 17/05/1823, de Jean Joseph Jonio, garçon batelier et de Thérèse Balzamie Gobert. (AD55 1823-1832 15/212)

Jean Baptiste et Marguerite Poterlot, enfants d' Alexandre Poterlot, charron et de Jeanne Tribut le 10/05/1824. (AD55 1823-1832 21/212)

Pierre et Marie Célestine Arnould naissent le 17/12/1825 de Michel Arnould, maçon et de Victoire Aubry. Pierre décède le 22 du même mois et sa sœur le 05/01/1826.

François et Anne Victoire naissent le 30/05/1826 de Jean Baptiste Richy, cultivateur à Prouilly et de Elisabeth Michel. (AD55 1823-1832 33/212)

Nicolas Poterlot et Marie Catherine naissent le 02/01/1827 d' Alexandre Poterlot, charron et de Jeanne Tribut. Il décédera le 17 et elle le 5 du même mois.

Jean Baptiste et Marie Catherine Aubert, enfants de Henry Aubert, tonnelier et de Marie Catherine Morlet, naissent le 18/04/1827. (AD55 1823-1832 39/212)

Pierre et Anne Marie Gobert, enfants de Joseph Gobert et de Maire Durlet, naissent le 09/02/1828. Ils décèdent le 12 du même mois. (AD55 1823-1832 42/212)

Marie Elisabeth Euphrasie et Jean Baptiste, enfants de Nicolas Martinet, vigneron et de Marie Catherine Adnesse, naissent le 06/09/1844. (AD55 1843-1852 41/369). Ce Jean Baptiste Martinet deviendra missionnaire en Chine.

Constance Pierrard, femme de Jacques Guichard accouche le 04/07/1848 de Marie Marguerite et Marie Alexise. (AD55 1843-1852 134/369)

Scholastique Gobert, mariée à Victor Guichard met au monde le 12/08/1859, Jean Baptiste et Marie Augustine. (AD55 1853-1862 145/227)

Marie Victoire Richy, femme de Charles Berton accouche le 18/09/1861 de jumeaux. Pierre Édouard "le premier sorti du sein de sa mère" suivi de Marie. (AD55 1853-1862 185/227). Marie décède le 17/09/1861, suivie de son frère le 18. (AD55 1853-1862 198/227)

Pauline Gobert épouse de Jacques François accouche le 16/12/1863 de Marie Thérèse et Jean Baptiste. (AD55 1853-1862 13/179)
Quatorze années après, elle a de nouveau des jumeaux, Marie Zélie et Édouard, le 11/08/1877. (AD55 1873-1882 78/177)

Marie Geneviève Durlet, épouse de Jean Baptiste Ernest Fedricq, accouche le 28/03/1865 de Marie Josèphine et Marie Victoire. (AD55 1863-1872 39/179)

Anne Marie, épouse de Justin Ricard, cantonnier du halage, accouche de jumeaux le 18/04/1867. Le premier est un enfant sans vie. Le second Victor, décède le 08/05/1867. (AD55 1863-1872 83/179)

Le 27/07/1868, Alfred Didier et Thérèse Amélie Guichard ont des jumelles. Marie Julie la première est vivante, mais la seconde est sans vie. (AD55 1863-1872 83/179)

Eugène Halbutier, marchand de fromages à Pouilly, a de Marie Anna Isabelle Guichard, son épouse, des jumelles, Marie Julie et Marie Eugénie, le 11/05/1874. (AD55 1873-1882 31/177)

Adolphe Eugène Dorme est chef de gare en 1882. Il déclare la naissance de jumelles, Stéphanie Félicie Marie et Jeanne Léonie Valérie, le 03/01/1882. (AD55 1873-1882 162/177). Il était marié à Maria Berthe Marat.

Jean Baptiste Jonet et son épouse Joséphine Bohan, ont des jumelles Julie et Clémence, nées le 26/06/1900. (AD55 1893-1902 47 et 48/130)
Lucie décède le 02/10/1900 et Clémence le 04/07/1900.


A noter qu'à Sorcy (55) il naquit des quintuplés le 22/04/1766 de Claude Lallemand, vigneron et Marie Anne Colin. Les cinq filles ont vécu 1 heure, le temps d'être baptisées. (AD55 Sorcy 1757-1775 78/210)
La légende prétend que le père attendait au cabaret pendant l'accouchement et qu'il ne rentra qu'à l'annonce de la cinquième naissance, déclarant : "Il faut que je rentre à la maison, autre.ment ça ne s'arrêtera pas".  (Société d'histoire et d'archéologie de la Meuse 1965 page 99)




Les périls de la naissance


"L'an 1730 le 12 novembre est décédée en cette paroisse Catherine Moreaux mariée à Pierre Vitry âgée de 24 ans... Après la mort de ladite Catherine Moreaux, elle a été ouverte et on a trouvé dans son sein un fils vivant qui a été ondoyé à la maison en présence de plusieurs personnes et ensuite porté à l'église pour suppléer la cérémonie du baptême et n'est mort qu'après que nous l' avons faite en partie etc."

deces enfant

Cet acte qu'on trouve dans les registres paroissiaux de Septsarges dans la Meuse illustre le titre de cette page.
La naissance n'était pas toujours drôle.
Mais ce n'est pas un cas isolé. Ainsi lit on dans les registres de la paroisse de Corbion en Belgique :
"L'an de grâce 1707 le 21 ème jour du mois de mars est décédée en cette paroisse Anne Wilheme en son vivant femme à Albert Wilmet étant âgée de 29 ans ou environ et a été inhumée etc. Elle était enceinte et on lui a ouvert le coté d'où l'on a tiré l'enfant en vie qui a été baptisé par le soussigné vicaire et immédiatement après mort enterré avec sa mère. Marie Brimont sage-femme et Marie Noël ont fait cette opération par les sollicitations du vicaire présent, en foi de quoi etc."

Cette autre naissance racontée par Dameras, elle, se termine bien, mais dans quelles conditions !
"22 août est née au chemin d'Hannogne (08) à Forest, Angélique Labart, fille de Jean Labart et Jeanne Peltier. Celle-ci s'est accouchée elle même. Elle a pris son enfant dans son tablier et est revenue à 6 heure du matin". (je n'ai pas trouvé l'acte mais cette naissance existe bien dans les TD d'Hannogne)

Le transport du bébé à l'église, par n'importe quel temps pour y être baptisé n'était pas sans danger.
Quand les registres furent tenus par la municipalité, l'obligation de présenter l'enfant ne lui apporta pas plus de sécurité.

On pourra d'ailleurs le constater dans les tableaux statistiques à cette page Mortalité infantile.




Mais n'oublions pas que jusque dans les années soixante, il était courant de naître à la maison.
Les risques, sans doute atténués par la présence d'une sage femme formée, d'un médecin qui n'hésitait pas à se déplacer, étaient tout de même bien réels.
Puis les futures mères ont pris l'habitude de se rendre en milieu hospitalier et on ne peut que s'en réjouir.
Seuls les généalogistes et les maires de petites communes trouveront à y redire. En effet certains villages n'enregistrent plus la moindre naissance depuis cette avancée.
Et les chercheurs auront bien du mal à identifier le lieu d'origine de M. Untel né à Sedan ou à Verdun. (Jacques Lamarle quand il était maire notait les enfants nés à l'extérieur du village.)

Pour la mère, l'accouchement, si elle en réchappait, n'était pas fini pour autant. En effet elle devait rester cloîtrée chez elle pendant 8 jours, ne rien faire pendant 40, le temps de se "purifier" de l'acte sexuel à l'origine de la naissance ! (on croit rêver)
Donc 40 jours après, avaient lieu les relevailles, cérémonie religieuse qui heureusement a aujourd'hui disparue.
Elle pouvait enfin reprendre une vie normale.



La mortalité infantile

La mortalité infantile est à la fois provoquée par des causes endogènes, dues à la rareté et à la médiocrité des médecins et des sages femmes, et par des causes exogènes telles que les travaux épuisants effectués par les femmes enceintes.

Mortalité considérée comme une fatalité par nos ancêtres mais qui s'explique aussi par le manque d'hygiène.
Hygiène corporel de la mère, de la matrone ou sage-femme, de l'environnement.
On ne lavait pas l'enfant. Tout au plus à la naissance l'essuyait-on avec un linge imbibé d'eau et parfois de vin.
La crasse était considérée comme protectrice de la fontanelle !
La naissance était l'affaire de toutes les commères du village. On s'affairait près de la future mère avec tous les risques sanitaires d'une telle promiscuité.
L'examen par un chirurgien n'est jamais observé en milieu rural avant le XIXe.
Exception tout de même à la naissance d'un enfant de Michel Ponsin et Marie Anne Hussenet, le 20/10/1775. La présence de Armand Varroquier, chirurgien de Mouzon, est signalée car il ondoie l'enfant qui n'y survivra d'ailleurs pas. (AD55 1760-1791 168/345)
Mais Michel Ponsin est maître d'école donc sans doute plus sensible aux problèmes de santé.
A Letanne il faut signaler la présence d'un "accoucheur", Jean François Rouppe à la naissance de Julienne Nivoix le 14/09/1785. (AD08 Letanne 1772-1792 88/154)


Le peu de savoir des sages-femmes, (Élisabeth Sperlet en 1705 ne savait pas signer.) était dévastateur.
Elle était choisie surtout pour ses qualités morales puisqu'elle était appelée à baptiser le nouveau né en cas d'urgence. (En fait ce n'était pas un baptême, mais un ondoiement. Si l'enfant survivait le curé suppléait au baptême.)
Ce choix était celui des femmes du villages mais devait être validé par les autorités religieuses.

Marguerite Stevenot née à Pouilly en 1700, après avoir épousé Ponce Lecuyer habite Vilosnes où il est meunier. Il décède, elle se remarie avec Victor Noizet qui décède à son tour en 1742. Elle est élue sage femme en 1744
"Aujourd'hui 21/06/1744 Marguerite Stevenot veuve de défunt Victor Noizet habitante de cette paroisse âgée de 45 ans ou environ a été élue dans l'assemblée des femmes de cette paroisse à la pluralité des voix et suffrages pour exercer l'office de sage-femme et a fait le serment entre nos mains conformément à l'ordonnance de Monseigneur l'évêque comte de Verdun laquelle a signé et marqué avec moi curé dudit Vilosnes" (AD55 Vilosnes 1742-1791 24/389)
Elle décède à Vilosnes le 16/02/1762

Souvent elles avaient appris sur le "tas" et ce n'est qu'en 1750 qu'on leur imposera une formation théorique et pratique de 2 ans avec une maîtresse sage-femme, un jury de deux maîtres chirurgiens validant leurs connaissances.
Dans le département, une école d'accouchement avait été créée en 1821 à Bar-le-Duc, située dans les bâtiments de l'hospice de cette ville. En 1840 il y avait 12 élèves admises à l'école à leurs frais ou aux frais des communes. Ce qui semble bien peu pour un département. (Annuaire du département de la Meuse 1840 (BIBR 114) )


En plus de leur ignorance, les sages femme étaient démunies devant un accouchement difficile. Pas de forceps, ils n'apparaitront que fin XVIIIe. Il fallait parfois découper l'enfant pour le sortir !
On ne connait pas le nombres de nouveaux nés éclopés par leurs bons soins...
Et que faire d'un enfant prématuré ? Pas de couveuse dans les chaumières !
L'obligation par tous les temps d'emmener le nouveau né se faire baptiser était aussi facteur de mortalité. L'église n'était pas forcément proche; neige, pluie, vent accablaient l'enfant qui n'en revenait pas toujours. Mais pas question de prendre le risque de le voir mourir non baptisé ! Les limbes dans ce cas était son tourment éternel.

On trichait parfois un peu... En ne baptisant que la partie du corps qui était visible... On était sûr de l'avoir vu remuer même faiblement, ou rosir quelque peu, signe de vie même précaire mais qui justifiait la validité du baptême.
L'église n'était pas dupe...
Aux archives paroissiales de Gerouville (Belgique actuelle) on peut lire la formule du serment prêté par les sages femmes, lors de leur nomination :
" Semblablement que vous ne baptiserez enfant si il n'y a vie apparente et pourtant que plusieurs fois se commettent beaucoup d'abus des enfants morts nés qui se portent aucune fois à notre Dame ou autres saints, vous jurez que vous ne commettriez nuls abus et que ne ferez chose à l'endroit des dits enfants, par quoi semblerait y avoir vie et elle n'y serait".

Ne nous moquons pas. Nos ancêtres avaient peur de l'au-delà et partir sans sacrement était une catastrophe.
Cette frayeur était d'ailleurs savamment entretenue par le clergé.
Les curés appliquaient sans scrupule la règle d'enterrer les nouveaux nés hors du cimetière habituel.
Ainsi peut-on lire : "Le 29/01/1755 est venu au monde sans avoir donné aucun signe de vie un enfant en légitime mariage de Jean Maljean... et de Jeanne Poncelet. Le dit enfant a été le lendemain inhumé sans aucune cérémonie de l'église ... dans un coin destiné pour les dits enfants et qui est séparé du reste de la terre bénite par une ligne de circonvellation qui renferme environ 4 pieds carrés de terrain au haut du dit cimetière, dans le coin qui est proche du passage etc. monsieur le curé ayant fait cette distraction dudit canton pour y être enterré les dits enfants afin de parer aux inconvénients qui résultent de laisser enterrer des cadavres d'enfants dans les jardins ou dans les caves qui conduisent à cacher des enfants massacrés sous le voile d'enfant morts nés etc."
Ce curé signale donc que des cas d'infanticides ou d'IVG étaient connus. (AD08 Carignan 1747-1756 203/231)

Autre curiosité :
Les matrones pratiquaient aussi la chirurgie "esthétique" en modelant le crâne du nouveau né à leur convenance et on imagine facilement le stress et la douleur de l'enfant. On en voit une sur la droite tripoter le crâne du bébé tandis que les autres femmes réconfortent la mère.
La correction de morphologie se faisait aussitôt le premier bain de la naissance.
"Souvenez vous aussi, pendant que les os de ces membres sont amollis par la chaleur du bain où vous l'avez lavé, de leur donner à chacun, en les maniant doucement la forme et la rectitude qu'ils doivent avoir, pour composer un tout parfait".
S. de Sainte Marthe, La manière de nourrir les  enfants à la mamelle,  Paris 1698 (1 ère édition 16 ème ) page 52.

Si on ne peut évaluer les conséquences de ce "bricolage esthétique",  on peut les imaginer.


remodelage du crâne par une matrone


Quand les sages femme ont été enfin formées, elles recevaient une indemnité de la commune.
Ainsi en 1850 les archives nous disent que celle de Pouilly touchait 150 fr.



Et après la naissance...


La mortalité entre 0 et 20 ans reste également élevée. On estime que 25 % des enfants n'atteignent pas l'âge d'un an, et 25 % celui de 20 ans.
La mortalité infantile a de multiples causes :
Le décès maternel n'y est pas étranger. Le père ne pouvant suppléer cette disparition.
Les tares héréditaires ou les malformations congènitales.
Les accouchements prématurés.
Les maladies comme rougeole, varicelle, coqueluche, oreillons, rubéole, diarrhée...
S'ajoutent à cela les morts accidentelles ou pas...
L'enfant dort souvent avec sa mère, autant par manque de place que pour faciliter l'allaitement nocturne. L'église condamne cette pratique populaire qui entraîne parfois la mort par étouffement. Mais à une époque où la plupart des maisons sont peu ou mal chauffées, coucher un enfant auprès de soi peut aussi apparaître comme un geste protecteur.
L'insistance des prêtres à dénoncer cette pratique prouve la fréquence des accidents liés à cette façon de partager le lit avec ses enfants.
Mais le danger est omniprésent.
S'ils ne sont pas étouffés ou fauchés par les maladies, les enfants peuvent à tout moment tomber dans la mare, le puits, le lavoir, la rivière, le feu, sans oublier le risque des animaux et des outils de la ferme.
Que dire des négligences quotidiennes ? Diderot perdit un enfant qu'on avait laissé tomber sur les marches de l'église en allant le baptiser…
On ne compte pas non plus les procès d'animaux comme ce porcs ayant dévoré un enfant ou ce chat l'ayant étouffé.

Et on ne connait évidemment pas le nombre d'infanticides et d'avortements provoqués ou non.
Si l'intervalle intergenesique dépasse deux à trois ans il est presque certain que la femme a fait une fausse couche.
Ce qui aggrave encore les statistiques que l'on verra siècle par siècle.

L'allaitement était pratiqué à la campagne. Le remplacement de la mère par une nourrice se payait mais il en fallait les moyens.
Il est à noter que l'allaitement, peu pratiqué dans les classes aisées, favorisait l'espacement des naissances et le repos (tout relatif) de la mère.
A propos de la mise en nourrice, on n'a pas ou peu de renseignements concernant cette pratique.
On peut supposer que les seigneurs de Pouilly en usait, mais rien ne le prouve.
La seule trace trouvée dans l'état civil est la mort du petit Onésime Genêt le 15/12/1859, mis en nourrice chez son oncle Ponce Savignac, charpentier. Il avait 8 mois. Ses parents Jean Baptiste Genêt, ouvrier et Marie Joseph Savignac sans profession habitaient à Vaux (08)
On peut supposer que Ponce Savignac avait en fait recueilli cet Onésime, son neveu. (AD55 1853-1862 160/227)
Il est sûr que l'enfant mort hors de sa paroisse, hors de son canton, voire de son département ne laissait pas de trace dans son village d'origine.






Les filles mère


On naissait en général au sein d'un couple marié.
Les filles mères bien sûr existaient mais à Pouilly finalement en assez petit nombre, jusqu'au début du XIX ème quand le brassage de population a commencé.
Relevées dans les archives, il en manque sans doute, car il était d'usage d'exiler la fille qui avait "fauté" chez un parent ou relation hors du village.
L'accouchement avait souvent lieu en ville (Stenay, Mouzon sans doute ...)
Les "faiseuses d'ange" existaient aussi même si cette pratique était sévèrement réprimée.

Qui était le père ? Peu de traces de ces géniteurs. Subornation d'une servante, viol lors de passage de troupes, amourette sans lendemain, rien n'est dit sauf en de rares cas.
Le curé parfois se déchainait contre la "pécheresse". En voici un exemple particulièrement intéressant à Ollé (28). Il s'agit de la naissance de Martin Sence.
"Martin fils illégitime de plusieurs pères puisque tout le monde y était bienvenu de Marie Sence la mère lequel est né de ses impurs embrassements le lundi 7 ème jour de septembre 1671 etc.". (AD28 Ollé 1668-1693 64/301)

En 1556 un édit (qui fut relu en 1708 et 1740 au prône des messes paroissiales) faisait obligation aux femmes célibataires ou veuves de déclarer leur grossesse. Cet édit considérait également l'avortement ou l'infanticide comme un meurtre.
Ces déclarations de grossesse ont quasiment disparues au XIX ème.

On trouve dans l'état civil, des reconnaissances d'enfant faites par la mère. C'est tout simplement pour passer d'une filiation de fait à une filiation de droit. L'enfant peut alors hériter de sa mère.
Elles sont parfois tardives quand un mariage le nécessite ou la rectification d'un nom.




Les abandons


Ci-dessous un tour d'abandon qui était fixée dans un mur et qui
pouvait tourner sur son axe. (Musée de Provins)

tour pour abandon d'enfant On en connait peu à Pouilly. Il n'y avait pas de publicité autour de ces pratiques, mais il est fort probable que quelque filles mères en aient usé.
On trouvait auprès des d'établissement tenus par des religieuses ce qu'on appelait des tours.
Ces tours permettaient de déposer un enfant sans être reconnu par la sœur "tourière" qui le récupérait.
C'était sans doute en dernier recours que ces femmes en arrivaient là et il n'était pas rare de trouver sur l'enfant quelques signes d'amour, comme un petit mot mal écrit, une croix ou autres.
L'avenir de ces enfants était des plus sombres et la mortalité dans ces établissements étaient épouvantables.

On trouve à Pouilly ce cas :

Marie X  le 12/07/1725   "...je, Henry Blanchot prêtre et curé de Pouilly soussigné ay en présence du procureur fiscal en la justice de ce lieu baptisé conditionnellement une fille trouvée en cette paroisse dont le père et la mère sont inconnues. Laquelle est âgée d'environ sept mois à laquelle on a imposé le nom de Marie, laquelle a été baptisée sous condition parce qu'il n'a été trouvé sur elle aucune marque ni écrit qui puisse faire présumer ou croire que le sacrement de baptême eut été administré. Son parrain le Jean Grincourt greffier en cette justice et la marraine Marie Thomas sa femme qui ont signé avec le procureur fiscal en la minute des présentes" (AD55 1723-1759 22/267)

Et un entre autres, à Stenay, Joseph Antoine Quentin dont le fils (Quentin Jean-Baptiste 1851-1930,  décéda à Pouilly, marié à Elizabeth Zélie Guichard.
C'est pour cette raison que je le cite :
"...est comparue Dame Thérèse André, supérieure et économe de l'hospice civil de cette ville, laquelle nous a déclaré qu'il avait été apporté audit hospice par la sage femme de cette ville un enfant du sexe masculin né de ce jour, lequel était enveloppé d'un lange de droguet bleu rayé, une bande de la même étoffe avec une croix blanche à un bout, un bonnet d'indienne moucheté rouge avec une petite dentelle blanche doublé de grosse toile, un autre petit bonnet de toille à deux (?) deux drapeaux et une petite chemise à gorgère, et qui a été baptisé audit hospice sous les noms de etc."
On voit que la mère a pris soin de l'enfant avant de devoir l'abandonner.
Ce dernier survécut à ce mauvais départ dans la vie. En 1850 il était sabotier et marié à Marie Joséphine Lallement, le 10/11/1850 à La Ferté-sur-Chiers, dont le père Gérard Lallement était décoré de la légion d'honneur.




porte de tour d'abandon à Sedan

Ci-contre la porte d'un tour d'abandon à Sedan.


Si cette pratique a disparu en France par une loi du 27/06/1904, il faut tout de même savoir qu'une dizaine de pays en Europe l'ont remise au goût du jour, dont l'Italie, la Suisse, la Pologne etc. (Le Monde du 11/06/2012)