le roi soleilLe XVII ème siècle...


Dit le grand siècle...


Le XVII ème siècle, dit le grand siècle. Que s'est il passé ?


Ce siècle commence par l'assassinat d'Henry IV par Ravaillac en 1610 et se terminera par la mort de Louis XIV en 1715.

On le qualifie de "grand siècle" mais il fut surtout celui de la misère, celui de Louis XIII et Richelieu, celui de Louis XIV dit le "roi soleil".
Louis XIV, mégalomane, dépensier, potentat, intolérant, débauché, il entraînera la France dans des guerres quasiment continues et laissera le pays exsangue. Ses frasques auraient conduit n'importe lequel de ses sujets aux galères.
Les deux ravages du Palatinat par Turenne en 1674 puis en 1689 sur les ordres de Louvois relèveraient maintenant d'un tribunal pour crimes de guerre. (Il est d'ailleurs paru un ouvrage : "Turenne Héros ? Criminel de guerre ? " de Moritz Gerber Isbn : 9782367470481)
A signaler aussi la campagne contre les Vaudois en 1686 menée par Nicolas de Catinat qui décrivit le massacre : "Tout est parfaitement désolé, il n'y a plus ni peuple ni bestiaux"

Louis XIV par ces "hauts-faits" déclencha le processus d'unification de l'Allemagne.
Sa non participation à la "croisade" contre les Ottomans permit à l'empereur de reprendre une place prépondérante dans la politique européenne. (Bataille de Kalhenberg)
La Hollande, petit pays mais aux navigateurs, commerçants et banquiers entreprenants, était une tache pour sa gloire. Il ne parvint pourtant pas à la défaire, et mieux, permit la réunion de ce pays à l'Angleterre sous la houlette de Guillaume III. On pouvait sans doute faire mieux en politique étrangère...
La révocation de l'édit de Nantes du 18/10/1685 et la chasse aux protestants affaibliront la France durablement. Sa lutte contre le jansénisme ne le grandit pas. A Pouilly les capucins de Mouzon, pour s'être opposés à la bulle "Unigenitus", se virent interdit de donner les sacrements. Ils venaient pourtant régulièrement en l'absence du curé.
Pour faire bonne mesure, cette année là, en mars 1685, il avait déjà sorti son "Code noir" (supervisé par Colbert) qui réglementait la vie des esclaves dans les îles, donnant bien sûr la part belle aux colons et aux négriers.

A son actif la construction de Versailles, la promotion du théâtre, de la musique, de la littérature, des manufactures de luxe, l'agrandissement de la France.
Mais à quel prix ! Tous ces succès ne profitaient qu'à une infime minorité de nantis. Encore que pour en profiter, ces nantis devaient s'avilir en achats de charges et en courbettes courtisanes.

Le bilan de son règne fut en fait désastreux.

Il suffit de lire la lettre de Fénelon qui daterait de 1693, pour s'en convaincre. En voici quelques extraits :

"Depuis environ trente ans, vos principaux ministres ont ébranlé et renversé toutes les anciennes maximes de l'État pour faire monter jusqu'au comble votre autorité, qui était devenue la leur parce qu'elle était dans leurs mains.

On n'a plus parlé de l'État ni des règles, on n'a parlé que du roi et de son bon plaisir. On a poussé vos revenus et vos dépenses à l'infini.
On vous a élevé jusqu'au ciel pour avoir effacé,disait-on, la grandeur de tous vos prédécesseurs ensemble, c'est-à-dire pour avoir appauvri la France entière afin d'introduire à la cour un luxe monstrueux et incurable.
Ils ont voulu vous élever sur les ruines de toutes les conditions de l'Etat, comme si vous pouviez. être grand en ruinant tous vos sujets, sur qui votre grandeur est fondée.

Cependant vos peuples, que vous devriez aimer comme vos enfants et qui ont été jusqu'ici si passionnés pour vous, meurent de faim. La culture des terres est presque abandonnée, les villes et la campagne se dépeuplent; tous les métiers languissent et ne nourrissent plus les ouvriers. Tout commerce est anéanti. Par conséquent, vous avez détruit la moitié des forces réelles du dedans de votre Etat, pour faire et pour défendre de vaines conquêtes au dehors.
Au lieu de tirer de l'argent de ce pauvre peuple, il faudrait lui faire l'aumône et le nourrir.
La France entière n'est plus qu'un grand hôpital désolé et sans provision. Les magistrats sont avilis et épuisés. La noblesse, dont tout le bien est en décret, ne vit que de lettres d'Etat. Vous êtes importuné de la foule des gens qui demandent et qui murmurent. C'est vous-même, Sire, qui vous êtes attiré tous ces embarras ; car, tout le royaume ayant été ruiné, vous avez tout entre vos mains, et personne ne peut plus vivre que de vos dons. Voilà ce grand royaume si florissant sous un roi qu'on nous dépeint tous les jours comme les délices du peuple, et qui le serait en effet si les conseils flatteurs ne l'avaient point empoisonné.
Le peuple même (il faut tout dire), qui vous a tant aimé qui a eu tant de confiance commence à perdre l'amitié, la confiance et le respect. Vos victoires et vos conquêtes ne le réjouissent plus; il est plein d'aigreur et de désespoir. La sédition s'allume peu à peu de toutes parts. Ils croient que vous n'avez aucune pitié de: leurs maux, que vous n'aimez que votre autorité votre gloire. Si le roi, dit-on, avait un cœur de père pour son peuple, ne mettrait-il pas plutôt sa gloire à leur donner du pain et à les faire respirer après tant de maux, qu'à garder quelques places de la frontière qui causent la guerre ?
Quelle réponse à cela, Sire ? Les émotions populaires, qui étaient inconnues depuis si longtemps, deviennent fréquentes. Paris même, si près de vous, n'en est pas exempt. Les magistrats sont contraints de tolérer l'insolence des mutins et de faire couler sous main quelque monnaie pour les apaiser ; ainsi on paye ceux qu'il faudrait punir.
Vous êtes réduit à la honteuse et déplorable extrémité ou de laisser la sédition impunie et de l'accroître par cette impunité, ou de faire massacrer avec inhumanité des peuples que vous mettez au désespoir en leur arrachant, par vos impôts pour cette guerre, le pain qu'ils tâchent de gagner à là sueur de leurs visages.
Mais, pendant qu'ils manquent de pain, vous manquez vous-même d'argent et vous ne voulez pas voir l'extrémité où vous êtes réduit. Parce que vous avez toujours été heureux, vous ne pouvez vous imaginer que vous cessiez jamais de l'être. Vous craignez d'ouvrir les yeux; vous craignez d'être réduit à rabattre quelque chose de votre gloire. Cette gloire, qui endurcit votre cœur, vous est plus chère que la justice, que votre propre repos, que la conservation de vos peuples qui périssent tous les jours de maladies causées par la famine, enfin que votre salut éternel incompatible avec cette idole de gloire.". (On trouve cette lettre dans son intégralité sur internet)

La Bruyère en 1687 avait aussi écrit :
"L'on voit certains animaux farouches, des mâles et des femelles, répandus par la campagne, noirs, livides et tout brûlés de soleil, attachés à la terre qu'ils fouillent et qu'ils remuent avec une opiniâtreté invincible ; ils ont comme une voix articulée, et quand ils se lèvent sur leurs pieds, ils montrent une face humaine, et en effet ils sont des hommes ; ils se retirent la nuit dans des tanières où ils vivent de pain noir, d'eau et de racine ; ils épargnent aux autres hommes la peine de semer, de labourer et de recueillir pour vivre, et méritent ainsi de ne pas manquer de ce pain qu'ils ont semé."

Vauban, qu'on connait plus pour ses talents d'architecture militaire, écrivait : " Il ne faut pas se flatter ; le dedans du royaume est ruiné, tout souffre, tout pâtit et tout gémit : il n’y a qu’à voir et examiner le fond des provinces, on trouvera encore pire que je ne dis" "Le paysan laisse dépérir le peu de terre qu’il a, en ne la travaillant qu’à demi, de peur que si elle rendait ce qu’elle pourrait rendre étant bien fumée et cultivée, on n’en prît occasion de l’imposer doublement à la taille. "
"Mémoire contre la révocation de l’édit de Nantes", cité par Georges Michel,  Histoire de Vauban, Paris, Plon, p.439

Un rapport des lazaristes de Sedan, cité par Gongar, dresse un tableau de la campagne ardennaise, lequel doit fort ressembler à celui de la Meuse : "Toutes les maisons démolies, la moisson emportée, la terre sans labour et sans semence, la famine et la mortalité presque universelles... Les pauvres qui restent dans ce débris, réduits à ramasser dans les champs quelques grains de blé ou d'avoine germés et à demi pourris, dot il font du pain qui est comme de la boue ! Ils se retirent dans des trous ou des cabanes, où ils sont couchés à plate terre sans linge ni habits. Leurs visages sont noirs et défigurés... Il y a des cantons tout déserts dont les habitants sont allés au loin chercher leur vie, il n'en reste plus sinon les malades, les orphelins, les pauvres veuves chargés d'enfants"

Louis XIV finira heureusement son existence le 01/09/1715 après 75 ans de règne.

Jean-Baptiste Massillon écrivit dans l'oraison funèbre du roi : "Vous leur rappellerez un siècle entier d'horreur et de carnage; l'élite de la noblesse française précipitée dans le tombeau; tant de mères point consolées, qui pleurent encore sur leurs enfants; nos campagnes désertées, et, au lieu des trésors qu'elles renferment dans leur sein, n'offrent que des ronces au petit nombre de laboureurs forcés de les négliger; nos villes désolées; nos peuples épuisés; les arts, à la fin, sans émulation, le commerce languissant..."

A la fin de l'année 1715, le curé de la paroisse rurale de Saint-Sulpice, près de Blois, note dans son registre paroissial, sous le titre "Remarques sur l'année 1715" :
"Louis XIV, roi de France et de Navarre, est mort le 1er septembre du-dit an, peu regretté de tout son royaume, à cause des sommes exorbitantes et des impôts si considérables qu'il a levés sur tous ces sujets. On dit qu'il est mort endetté de 1 milliards 700 millions de livres. Ces dettes étaient si considérables que le régent n'a pu ôter les impôts que le-dit roi avait promis d'ôter trois mois après la paix, qui était la capitation et le 10e du revenu de tous les biens. Il n'est pas permis d'exprimer tous les vers, toutes les chansons et tous les discours désobligeants qu'on a dits et faits contre sa mémoire. Il a été pendant sa vie, si absolu qu'il a passé par-dessus toutes les lois pour faire sa volonté. Les princes et la noblesse ont été opprimés. Les parlements n'avaient plus de pouvoir. Ils étaient obligés de recevoir et d'enregistrer tous les édits, quels qu'ils fussent, tant le roi était puissant et absolu. Le clergé était honteusement asservi à faire la volonté du roi. À peine demandait-il quelque secours, qu'on lui en accordait plus qui n'en demandait. Le clergé s'est endetté horriblement. Tous les corps ne l'étaient pas moins. Il n'y avait que les partisans et les maltotier qui fussent en paix et qui vécussent en joie ayant en leur possession tout l'argent du royaume. Le roi fut porté à Saint-Denis le 10 ou 12 du-dit mois et l'oraison funèbre s'est faite à Saint-Denis vers la fin du mois d'octobre."
Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790 départements du Loir-et-Cher, série E, supplément, Blois, 1887, page 72. Cité dans "l'histoire de France"  page 215. édition Points Isbn 2-02-010879-8

Cette oraison funèbre de Louis XIV, écrite par un obscur curé de campagne témoigne, à sa manière de l'extrême impopularité de Louis XIV au moment de sa disparition.




Après une existence vouée aux plaisirs, ce roi dans ses dernières années s'était tourné vers la religion. Il y fut poussé par sa  deuxième femme, Mme de Maintenon
Il aurait écrit à son arrière petit fils, le futur Louis XV qu'il regrettait "d'avoir trop aimé la guerre...".  Cet aveu était hélas un peu tardif.
Les fêtes versaillaises perdirent de leur lustre et la noblesse s'ennuya. Noblesse qu'il avait abaissée au point d'en faire un ramassis de courtisans obséquieux, se jalousant et mendiant les largesses de sa majesté. Bien qu'écrit plus tard, on pourra lire "L'art de ramper à l'usage des courtisans" de M. le baron d'Holbach (1723-1789) extrait de la correspondance littéraire de Grimm et Diderot p.611 à 619
Quant aux parlements ils en étaient réduits à enregistrer les ordres du souverain. Le roi n'avait pas oublié ses débuts sous la fronde !
Louis XIV avait pourtant bénéficié d'hommes actifs et compétents. Colbert, Louvois etc. Ceux-ci pensaient certes à s'enrichir et gérer en familles les affaires rentables de l'état, mais ils avaient bon an mal an réussi à financer, et la cour et les guerres. Et cela bien sûr sur le dos du tiers-état, qu'on appelait pas encore ainsi.

La régence allait relancer les frasques dépensières d'une noblesse coupée de la réalité du quotidien du peuple.

Mais la révolution leur rappela l'existence de ce peuple.
Il serait donc grand temps que les Français voient ce roi autrement qu'à travers la frivolité versaillaise ou la réussite culturelle de nos artistes en Europe.

Et pourtant l'histoire aurait pu être différente quand Louis XIV faillit être fait prisonnier à Soiry, prés de Pouilly, en 1657.
On peut lire cette aventure en 1657




Pour Pouilly et notre région proche on pourra lire ces pages :

Un début de recensement en 1600.
L'assassinat du curé Faron Henry
L'affaire de Soiry
Les fortifications le long de la Meuse.
Le passage au Clermontois
La fronde



Pour la Lorraine

Elle subit le contrecoup de toutes les guerres, coincée entre France et Empire.

- La guerre de trente ans qui commence en 1618 et se termine par les traités de Westphalie en 1648. C'est une guerre qui a ruiné la Lorraine et dont Pouilly a forcément souffert. Mais pour nous elle ne s'arrête pas avant 1659  avec le traité des Pyrénées.
Charles IV, le duc de notre Lorraine n'est pas étranger à tous nos malheurs.
- La fronde (1648-1653). Pouilly dépend du Clermontois, apanage du "Grand Condé", frondeur et exploiteur de nos régions.
- La guerre d'Espagne dite de dévolution (1667-1668) et le traité d'Aix-la-Chapelle en 1668 nous épargne.
- La guerre de Hollande et le traité de Nimégue en 1679
- La révocation de l'édit de Nantes en 1685
- La guerre de la ligue d'Augsbourg qui engendrera la dévastation du Palatinat en 1689 (Une honte pour la France, et qui sera porteuse de bien des rancunes). Le traité de Riswick en 1697 y mettra fin.
- La guerre de succession d'Espagne, la bataille de Denain en 1712 et les traités d'Utrecht en 1713 et de Rastadt en 1714.

Pour ces 3 dernières guerres voir la page Fortifications et tours