jeux et loisirs   Les loisirs


Il fallait bien décompresser...


Les loisirs

Nos ancêtres ne vivaient  pas que pour travailler.
Le nombre de jours chômés était conséquent. En tout cas bien supérieur au nôtre.

La Fontaine dans la fable "Le savetier et le financier" en fait d'ailleurs état :
"Le mal est que dans l'an s'entremêlent des jours
Qu'il faut chômer; on nous ruine en fêtes.
L'une fait tort à l'autre; et Monsieur le curé
De quelque nouveau Saint charge toujours son prône.".

En effet sur l'année il faut décompter :
- Les fêtes religieuses, les pèlerinages, les missions etc.
- Les dimanches, jours du seigneur.
- La fête du village qui à Pouilly tombait le 11 novembre jour de la Saint-Martin. (Maintenant en juin pour des raisons climatiques !)
- Les évènements familiaux, baptêmes, mariages, décès.
Ces jours non travaillés permettaient aux gens mais aussi aux animaux de se reposer.

Mais en dehors des fêtes religieuses et événements familiaux, que faisaient nos aïeux pour se distraire ?

Il y avait les veillées en hiver. Moment de convivialité, elles se passaient près de l'âtre, le ventre au feu et le dos au froid, quand ce n'était pas dans l'écurie pour profiter le la chaleur animale.
Comme éclairage, les flammes, mais aussi quelques lampes à huile fumantes, puis des lampes à pétrole, détrônées enfin par l'ampoule électrique dans les années 20. Mais les veillées étaient tombées en désuétude.
Les femmes filaient, les vieux écossaient et racontaient leurs histoires.
Le rôle matrimonial de ces veillées n'est pas à démontrer. Sous une surveillance discrète, les premiers contacts étaient favorisés par une demi-obscurité. Les jeunes faisaient connaissance...

Dans la deuxième moitié du XXe le cinéma fit son apparition. Il avait lieu à la mairie le vendredi soir, organisé par le curé Molhan de Laneuville. Puis il y eut en concurrence, celui de l'école disons, plus "osé"
Apparut également la télévision que les jeunes allaient regarder au château Noël et ensuite chez Gregor Rapp

Le cabaret était aussi lieu de rencontre. Il en existait de nombreux dans le village. On y buvait mais on y refaisait aussi le monde.
Les deux derniers à Pouilly furent le "Café des pêcheurs" devenu en dernier le "Gainsbar" et le "Café Granger" dit chez Cicis.

Le carnaval
Les bals étaient également courus.
La pêche

baraque des chasseursLa chasse.
Il existe une association de chasse créée le 11/03/1975 mais elle devait exister auparavant mais je ne sais sous quel nom.

Elle a nourri bien des rancœurs entre ceux qui avaient le droit de chasse et ceux qui ne l'avaient pas. Aujourd'hui le débat est toujours vivace entre ses défenseurs qui y voient une tradition et se prétendent défenseurs de la nature, et ses détracteurs qui voient dans cet exercice un acte de barbarie parfaitement inutile.

Robert Fossier dans son ouvrage "Ces gens du moyen âge" écrit : "Aujourd'hui, nos contemporains chasseurs n'attendent de leur activité ni complément alimentaire, ni attrait du risque, ni œuvre écologique. Ils invoquent souvent, mais à tort (en France du moins), une tradition ou une conquête révolutionnaire, en se référant à l'abolition du monopole seigneurial qui datait de 1533, mais en oubliant qu'au moyen âge rien de tel n'existait ; ou bien ils parlent, et plus justement de la convivialité ludique de la chasse ; et ils omettent, sincèrement ou à dessein,le goût de tuer qui habite malheureusement l'esprit de l'homme..."
La raison doit sans doute se trouver entre ces deux extrémités. Aujourd'hui le grand gibier prolifère au point de menacer les cultures et nécessiter des battues administratives. Actuellement ce sont les sociétés de chasse qui sont responsables des dégâts aux cultures, ce qui provoque un certain malaise entre chasseurs et exploitants agricoles. (Qui sont souvent les mêmes à la campagne)
Par contre certaines chasses cruelles comme la tenderie, la chasse à courre devraient être interdite.
Les excès, les imprudences de certains chasseurs, les accidents qui en découlent chaque année, les tueries organisées de gibiers d'élevage entretiennent une image négative de cette activité.

Sous l'ancien régime, la chasse était réservée à la noblesse pour le gros gibier (cerfs, sangliers etc.). Les villageois chassaient/braconnaient le petit  (lièvres, volatiles) sans trop de risques. La révolution a "démocratisé" la chasse, au point qu'il a fallu bientôt la réglementer, tant elle décimait de nombreuses espèces.
Ainsi par exemple :
"Fedricq Jean-Baptiste, 34 ans, manœuvre employé chez M. Labbé, cultivateur à la ferme de Vigneron, commune de Mouzon, surpris à l'affût au sanglier, par un garde particulier le 19 juillet, vers 11 heures du soir, et ça, sans autorisation (quoique envoyé par M. Labbé qui, lui était autorisé, mais ne l'accompagnait pas ) est condamné à 50 francs d'amende et dépens, avec bénéfice de la loi de sursis.
Le tribunal prononce en outre la confiscation du fusil ou faute de la présentation de l'arme, Fedricq devra verser 50 francs" (AD08 PA 14/08/1902 2/4)

Il existait une "baraque des chasseurs" en partie construite à partir d'un vieux wagon. Elle se trouvait sur la ligne de crête du bois de Jaulnay près de l'ancienne ligne électrique.
Quand la route de débardage fut construite sur cette crête, la baraque fut abandonnée au profit d'une construction plus moderne, située en montant sur la droite vers la crête, à partir de la route de Pouilly à Luzy.
A noter que c'est au cours d'une partie de chasse, le 27/12/1964, que René Wendling, marchand et tueur de porcs, fit un malaise dont il ne se remit pas.
Parmi les chasseurs de cette époque on trouvait Claude Garin et Léon Garin son père, Marius Maingot, Lucien Ravenel, Robert Granger et bien d'autres.

Les marchés et foires étaient aussi le lieu de rencontre des villageois. On y venait vendre les volailles, les produits du jardin ou de la ferme.
C'était là que s'échangeaient les nouvelles. C'est là aussi que les manouvriers cherchaient de l'embauche.
Saltimbanques, colporteurs et autres arracheurs de dents y exerçaient leurs talents mais aussi les sergents recruteurs, les demoiselles de petites vertus etc.
L'almanach du département de la Meuse 1792 page 147, (BIBR 114) nous apprend que les foires à Stenay se tenaient le 21 février, le 20 juin et le 22 septembre. Elles duraient 3 jours. Celui de 1824 rajoute la date du 15 novembre.
A Mouzon les foires avaient lieu le 20 mars et le 29 septembre.
Le retour au village était parfois vacillant...

Je ne sais si je dois classer tabac et alcool dans les loisirs, mais il est certain que ceux-ci agrémentaient la vie de nos ancêtres.
Il existait plusieurs cafés à Pouilly. On y consommait la goutte, le vin du pays, de la bière. Si le lavoir était du domaine des femmes, les cafés étaient celui des hommes. On s'y retrouvait le dimanche après la messe. On y commentait les potins du village mais aussi la politique. On y refaisait le monde ! Cela finissait parfois par quelques disputes voire quelques  horions.

Le tabac. Ce fléau, faisait partie depuis le XVe siècle du quotidien au début comme remède ( Catherine de Médicis traitaient les migraines de son fils François II) puis pour une consommation "festive", au point que Richelieu en 1629 instaura une taxe sur celui-ci. Il devint finalement un monopole royal. En Lorraine sa culture remonte au XVIIe siècle. Il pouvait être prisé, chiqué, roulé ou fumé dans la pipe.
J'ai connu à Pouilly Gabriel Aristobule Georges, qui chiquait et rangeait sa chique dans le pli de sa casquette...
En 1897, le Petit Ardennais relate une étude sue la consommation du tabac en France. Il écrit : "A l'intérieur, c'est-à-dire abstraction faite de l'exportation, on a consommé pour 192 millions de tabac, correspondant à un peu plus de 18 millions de kilos... Les cigares communs représentent un poids d'environ un million et demi de kilos; les cigarettes environ 700 000 kilos, et les tabacs à fumer ou à priser 11 millions de kilos"
Très longtemps le tabac fut présenté comme un signe d'appartenance au groupe des adultes. Il était courant de fumer (officiellement) sa première cigarette le jour de la  communion solennelle. Plus tard l'armée alimentait le bidasse en "Troupe", équivalent de la "Gauloise" et ce jusqu'au dernier quart du XXe siècle.
Autre fléau bien pire que le tabac, la drogue qui s'est installée en France dans ce même dernier quart du XXe siècle, mais on ne peut plus parler de loisir.

Jusqu'au XXe la lecture n'était pas la préoccupation principale de nos anciens. Cependant les colporteurs vendaient déjà sous l'ancien régime, de petits ouvrages brochés, imprimés sur du mauvais papier, donnant quantité de recettes, d'astuces, etc. C'est ce qu'on appelle la bibliothèque bleue, de la couleur de la couverture.
La médiathèque de Troyes conserve une très grande collection de ces ouvrages. Voici la première page d'un de ceux-ci, imprimé à Saint-Mihiel vers 1787. (Med. Troyes Cote Bbl 3374)

bibliotheque bleue


Comme les journaux, ils étaient lus à la cantonade et largement commentés, par ceux que l'école avait suffisamment instruit.
Au XXe avec l'apparition de cours pour adultes et la création de bibliothèques scolaires, le livre fit son entrée dans les foyers. On pouvait lire "Le sapeur Camembert", "La famille Fenouillard", "Les  trois mousquetaires", les Jules Verne etc.
(On note tout de même que le budget de la commune accorde 15 francs à la bibliothèque communale dés 1862, puis 45 en 1863 etc. )
Et en 1867 il est noté "Bibliothèque scolaire communale". On peut donc penser que l'emprunt de livres était déjà ouvert à chacun.

Puis les publications illustrées et romans d'aventure prirent une place considérable dans la lecture des jeunes. Les Fripounet, Sylvain et Sylvette, les Pieds Nickelés, Tarzan, Tintin et autres Bob Morane occupèrent les loisirs de beaucoup.
La vente par correspondance mit à la portée de beaucoup de catalogues comme celui de Manufrance, puis la Redoute, les Trois Suisses etc. Ce n'était pas à proprement parler de la lecture instructive, mais beaucoup ont découvert dans ces pages, qui une mode nouvelle, qui un outil ou un fusil différent du sien ou simplement des objets inconnus à la campagne etc.
Je me souviens d'avoir rêvé devant les pages du Manufrance...
Mais la télé, les tablettes, téléphones et autres ordinateurs ont mis depuis un point d'arrêt à cette littérature.

Les jeux d'hiver. Dés les premières chutes de neige, tous les gosses ressortaient la luge ou le traineau. On ne parlait pas encore de ski dans les années 50/60. Le peu de circulation et la compréhension des gens du village, permettaient de transformer les rues en patinoire. De l'église on pouvait descendre jusqu'au petit pont. Parfois c'était sous le bois que se passaient ces grioleries. Si la Meuse avait débordé, on pouvait aussi s'aventurer sur la glace.
Les parties de boules de neige défoulaient les gosses.

La musique. En 1866 une dépense de 160 francs apparait au budget. Elle concerne un "Encouragement à la société musicale", puis 40 francs en 1868. Cette fanfare existait encore en 1896 comme l'indique l'article du Petit Ardennais du 28/06/1893, puisqu'elle est invitée au festival du 28/06/1896 à Charleville, signe d'une certaine notoriété.
"La mairie de Pouilly conserve une bannière donnée à l'ancienne fanfare de cette commune par un membre de la famille de Pouilly et portant ses armoiries" Elle a sans doute disparue lors de l'incendie de 1917.  (AD08 PA 17/12/1912 2/4)
A l'occasion de ses noces d'or, on apprend par le Petit Ardennais que Edouard Gobert a dirigé pendant 25 ans la fanfare de Pouilly. (AD08 PA 10/06/1928 6/6)

Plus prés de nous Pouilly connut un club de bridge sous la houlette de Sylvain Vanderesse. Jeunes et vieux se mirent à ce jeu de cartes réputé difficile. Le club "l'ami bridge" dura quelques années.
Belotte et  manie avaient aussi leurs adeptes et les "engueulades" en cas de fautes allaient bon train.

Le théâtre eut aussi ses heures de gloire. Les pièces de Labiche jouées dans la salle de la mairie attiraient les gens du village, mais aussi des alentours.

Le jeu de quilles du café des pêcheurs était le lieu d'âpres discussions entre joueurs, "recampeux", "reouaitants". Le tout se terminait devant une tournée payée par les perdants.
 

le theatre à pouillyle jeu de quilles





Le théâtre et le jeu de quilles du "père Remy".












Sur cette photo de la fin des années soixante, de gauche à droite
parmi les acteurs, on reconnait Françoise Guichard, Claude Carpentier,
 Michel Vanderesse, Michel Lisembard, Hubert Guichard, Sylvain Vanderesse.
Devant la scène à droite, Claude Bestel.

L'hiver était l'occasion de superbes glissades. Sur des luges fabrication maison, les gosses descendaient de l'église jusqu'au petit pont.
Il fallait parfois transformer la route en patinoire avec quelques seaux d'eau pris au lavoir.
Mails il ne passait pas ou peu de voitures et les adultes comprenaient ces jeux d'enfants.
Les batailles de boules de neige étaient aussi l'occasion de se défouler.

Le 21/08/1991 fut créée une association "Les joyeux pouillots" dans le but d'animer la commune. La dernière modification date du 25/04/2019 ce qui semble qu'elle existe toujours.
Le 28/09/1995 fut également créée "La ruche de Pouilly" dont le but est de : "Rassembler les familles et les personnes vivant en milieu rural et assurer la défense de leurs intérêts matériels et moraux".



Quelques pages à consulter :

La baignade
le bal
Le carnaval
La pêche