f

photo indexD'autres gens...

Des intéressants et d'autres un peu moins...



Pouilly, des gens intéressants et d'autres moins.

Voici une liste de gens qui ont vécu un évènement lié à Pouilly qui sort de l'ordinaire, soit du fait de leur métier, des circonstances de leur décès, leurs actes ou leur originalité  etc.

Les militaires, instituteurs, curés, douaniers et autres seigneurs ont leur page à part.
On ne peut citer tout le monde car il existe parfois des descendants.
Il faut donc faire une approche en douceur...

Les preuves de tout cela sont données sous une forme du genre (AD55 1802-1812 100/174) où AD55 signale les archives de la Meuse, les deux dates précisent dans quel volume se trouve l'acte et les deux nombres séparés par un "  /  "  la page du registre.

Au XVI ème

Jehan Gruel en 1503 assassine après une beuverie un certain Petit Jehan.
Jean Dalle de Luzy vient piller Pouilly en 1575.

Au XVII ème

Gobert Jean 1657-1745, ancêtre de tout Pouilly mais aussi suborneur de servantes.

Le 13/07/1676 est décédée en cette paroisse Jeanne de la Creuse et son corps est inhumé au cimetière saint-Martin de Pouilly. (AD55 1673-1722 17/276). La brièveté de l'acte qui ne mentionne même pas la phrase rituelle "...après avoir été munie des sacrements de l'église en bonne et véritable chrétienne etc"  surprend. L'absence de signature du curé, également. D'autant plus que la famille De La Creuse était une famille noble. Elle n'était sans doute pas de notre région.

Le 01/09/1676 "... est décédé Michel Huard paroissien de Rémoiville et son corps inhumé etc.". Pas d'explication ni parenté. Pierre Guyard est témoin. Il était marié à Jametz, proche de Rémoiville. (AD55 Jametz 1636-1670 105/110).

Le 20/09/1677 "...est décédé en cette paroisse honorable homme et discrète personne Henry Thomas...".
Pour que le curé utilise ces termes, c'est qu'il devait être estimable et estimé, mais on ne sait pourquoi. (AD55 1673-1722 24/276).

Le 23/07/1678 est baptisée Marie Hélène Billedasse, fille de Blaise Billedasse et Marie Anne Coroieur. Ces patronymes ne sont pas présents dans notre région. Le parrain est "messire François Lambert Florant de Petit, chevalier Seigneur de Lisogne...lieutenant dans Vermandois". Lisogne est un village près de Dinant en Belgique.
La marraine est damoiselle Hélène de Pouilly.
Du beau monde semble-t-il, mais pour lesquels je n'ai pas trouvé de renseignements supplémentaires.
Le père signe "Bles Bllas". Phonétiquement  et approximativement on peut comprendre que Josseteau se soit trompé dans l'écriture du patronyme.  (AD55  1673-1722  29/276).

Le 29/08/1678 Josseteau baptise Marie Scholastique de Fabry, fille de Pierre de Fabry, seigneur de la Perière, major de la ville et citadelle de Stenay et de Helene de Wuillaume. La marraine est Scholastique d'Anglure de Bourlémont, femme de Messire Louis Dornesson, comte de Chamarante, colonel d'un régiment d'infanterie pour le service de sa majesté et premier maître d'hôtel de madame la Dauphine résidant à la cour.
Le parrain est Aubertin de pouilly.
Ce qui est surprenant c'est le baptême d'une autre fille de ce Pierre de Fabry. Il s'agit de Louise Scholastique de Fabry, née le 10/08/1680 à Stenay et baptisée le 13/02/1688 "sous condition l'ayant été ainsi ordonné par monseigneur l'évêque, dans l'église paroissiale de saint Jean-Baptiste...". (AD55 Verdun 1668-1773 110/380).
La marraine est la même que pour Marie Scholastique, la sœur, et le parrain est ce comte de Chamarante.
Pourquoi ce baptême sous condition 8 ans après ?
Dans certaines familles aisées, les enfants étaient ondoyés peu de temps après leur naissance à la maison par un prêtre ou un religieux, mais il n'y avait pas de mention dans un registre de catholicité. Quelques années plus tard le baptême officiel avait lieu avec d'illustres parrains et marraines à l'Église. Et comme le premier acte n'avait pas de preuve écrite, le second avait lieu sous condition. C'est sans doute l'explication, d'autant qu'à Stenay on ne trouve pas trace de cette naissance.

Le 20/09/1678 Philippe François Tribut est baptisé. Il est le fils de Pierre Tribut et de Jeanne Stevenot. Le parrain est Philippe François de Pouilly et la marraine Anne du Fin, femme du seigneur de Nonancourt. (AD55 1673-1722 28/276).
C'est intéressant car c'est la seule occurrence du nom Nonancourt dans les registres. Or une ruelle porte ce nom à Pouilly et ce pourrait être lié à ce patronyme.

Michel Legrand chirurgien en 1693, époux de Marie Huttin, (AD55 Pouilly 1673-1722 126/276), décédé le 04/01/1695 à Pouilly.
Sa veuve se remarie le 26 juillet de la même année avec Martin Falala ci-dessous lui même chirurgien. (AD55 Pouilly 1673-1722 141/276).
La science de ce nouveau mari ne l'empêchera pas de succomber à 37 ans le 21/04/1711. (AD55 1673-1722 184/276)
Martin Falala maître chirurgien né le 01/07/1672 à Cesse et décédé le 25/04/1719 à Chassepierre province du Luxembourg en Belgique.
Pourquoi part il en Belgique ?
On le trouve en mauvaise posture le 28/08/1712 lorsqu'Élisabeth Falala "... fille demeurant pour le présent à Olizy ",  accouche d'Élisabeth   "... laquelle suivant les déclarations de la dite Élisabeth Falala du neuvième may dernier provient des œuvres du sieur Martin Falala chirurgien juré demeurant en ce lieu...". (AD55 1673-1722 191/276).

Lambert Élisabeth décédée le 27/07/1694 et dont le curé dit qu'elle était  "...imbecille d'esprit...". (AD55 Pouilly 1673-1722 134/276).



Au XVIII ème

Desforges Jean garde des fermes du Roy (1698-1705), employé dans ces mêmes fermes (1711-1719, 1737) marié à Lorette Lambert .( Cf le baptême de son fils Jean le 04/03/1705, AD55 Pouilly 1673-1722 161/276).

Yves Dortu, Brigadier dans les fermes du Roy, poste de Pouilly (1711-1716). Il est le parrain et sa femme damoiselle Anne Le Chesne marraine du fils  Yves, de Jean Desforges et Lorette Lambert le 01/04/1711. (AD55 1673-1722 183/276).
Marie Le Chesne (ca 1654-1717) est religieuse. Elle est inhumée le 14/11/1717. Le curé Blanchot écrit "...est décédée en cette paroisse la soeur Marie Le Chesne, fille âgée de 63 ans ou environ...". (AD55 1673-1722 237/276). Mais était elle parente avec Anne Le Chesne ?

Marie des Jardins en 1713.  "... le premier jour de février est décédée en cette paroisse Marie des Jardins pauvre fille mendiante demeurant en cette paroisse étant âgée d'environ 70 ans...". (AD55 1673-1722 197/276).
Elle serait donc née vers 1643 mais on ne sait rien d'autre la concernant. Son patronyme "des Jardins" peut laisser penser qu'elle a été trouvée dans ce lieu éponyme. Mais ce ne sont que des suppositions...

Jacques Petit "employé aux fermes du roy au poste de Pouilly", marié à Anne de Verdun enterre son fils âgé de trois mois le 04/10/1713. (AD55 1673-1722 199/276).

Charles Lamy employé dans les fermes du Roy au poste de Pouilly (1713,) marié à Anne Roynette enterre sa fille Élisabeth âgée de 6 ans le 29/11/1713. (AD55 1673-1722 199/276). Le curé a mis comme date 1707 mais c'est une erreur de sa part.

Un inconnu le 04/07/1714, "... jeune garçon valet d'un officier du régiment de Bretagne étant été noyé dans la rivière de Meuze a été enterré et inhumé dans le cimetière de cette paroisse par l'aumônier du dit régiment de Bretagne...", (AD55 1673-1722 206/276),

Jean Meunier employé dans les fermes du Roy au poste de Pouilly, marié à Marie des Hottes, baptise son fils Jean le 19/12/1714. (AD55 1673-1722 213/276).

Jean Gobert (° ca 1675), employé dans les fermes du roy au poste de Pouilly. Le 29/01/1715 il perd son épouse Marguerite Istain âgée de 37 ans ou environ. (AD55 1673-1722 215/276).

Pierre Lemaire employé dans les fermes du roy au poste de Pouilly, décède le 07/07/1719 âgé de 60 ans. (AD55 1673-1722 248/276).

Jean Baptiste Paté employé dans les fermes du roy au poste de Pouilly et Barbe Bruneaux baptisent leur fille Marie-Jeanne le 29/05/1720. (AD55 1673-1722 257/276).

Louis Prioux employé dans les fermes du roy au poste de Pouilly est parrain de Marie, fille de Pierre Docq et de Louise Tanton le 19/07/1720. (AD55 1673-1722 257/276). Il se marie le 30/07/1720 avec Marie Docq, fille d'Henry Docq et Remiette Driet. (AD55 1673-1722 258/276).

Élisabeth Sperlet ( ca 1650-31/03/1721), sage femme de 1705 à 1721.
Elle ne savait pas écrire et signait d'une marque. (AD55 Pouilly 1673-1722 162/276).
1705 est la date de sa première intervention connue. Elle aurait donc assisté aux naissances pendant 16 ans et ondoyé une quarantaine d'enfants. Voir à la page Naissance.
Le curé n'indique pas son âge sur l'acte de décès. (AD55 16731722 265/276). Elle avait eu un fils Jean d'André Poulain le 25/08/1676, ce qui laisse supposer une naissance vers 1650.

Jeanne Lecuyer (ca 1671-06/01/1743), le 06/09/1721 reprend le flambeau d'Élisabeth Sperlet en ondoyant Anne, fille de Jean Bellard et de Marguerite Lambert. (AD55 1673-1722 267/276). Elle était sans doute la femme de Jean Bertrand, mariée le 11/01/1696.
On trouve deux signataires du nom de Bertrand sur son acte de décès. (AD55 1723-1759 106/267).

Louis Stevenot est meunier le 10/10/1723, comme on le constate sur l'acte de baptême de Marguerite, fille de Jacques Vuilleme et de Jeanne Stevenot. (AD55 1723-1759 7/267). Il s'agit sans doute du grand père de l'enfant (ca 1652-16/11/1727).
On le trouve charpentier en 1688, vigneron en 1688 et 1698, maître charpentier en 1714 et 1722.

César Tossy employé dans les fermes du Roy dans la brigade de Pouilly, comme on peut le constater lors du baptême de son fils Anthoine le 19/01/1724. (AD55 1723-1759 11/267).

Jean Baptiste Aubry (ca 1697-09/06/1742), maître d'école comme on le voit sur l'acte de baptême de sa fille Jeanne Marie le 28/02/1724.

Marie X  le 12/07/1725.   "...je, Henry Blanchot prêtre et curé de Pouilly soussigné ay en présence du procureur fiscal en la justice de ce lieu baptisé conditionnellement une fille trouvée en cette paroisse dont le père et la mère sont inconnues. Laquelle est âgée d'environ sept mois à laquelle on a imposé le nom de Marie, laquelle a été baptisée sous condition parce qu'il n'a été trouvé sur elle aucune marque ni écrit qui puisse faire présumer ou croire que le sacrement de baptême eut été administré. Son parrain le Jean Grincourt greffier en cette justice et la marraine Marie Thomas sa femme qui ont signé avec le procureur fiscal en la minute des présentes". (AD55 1723-1759 22/267).

Jean Grincourt en 1725 est greffier en la justice de Pouilly comme on le voit ci-dessus. (AD55 1723-1759 22/267).

Jacques de Beau Maretz sous brigadier au poste établi à Pouilly, marié à Caterinne Pintieaux, baptise Henry le 10121725. (AD55 1723-1759 25/267).

Marie Hannier sage femme. On la trouve pour la première fois le 28/08/1726 quand elle baptise à la maison Louis, fils d'Antoine Stevenot et de Barbe Dian. (AD55 1723-1759 30/267). On ne sait rien d'elle si ce n'est qu'elle était mariée. Le 06/09/1726 c'est Jeanne Lecuyer qui reprend du service.

François Langlois brigadier dans les fermes du roy, employé dans les fermes du Roy au poste de Reims en 1737, marié à Marguerite Jouvancourt, baptise sa fille Jeanne-Marie le 04/04/1729. (AD55 1723-1759 54/267).

Nicolas Lambotin décède le 24/09/1730 comme on peut le voir sur l'inscription gravée à l'extérieur de l'église de Pouilly. Il était âgé de 76 ans, ce qui le ferait naître en 1654. On ne connait pas grand chose de lui.

Albert de Pouilly âgé de 11 ans, fils de Claude Albert de Pouilly et de dame Barbe Antoinette de la Court, se noie dans l'étang de Pouilly le 07/08/1737.  (AD55 Pouilly 1723-1759 64/267).

Pierre Arnould est parrain de Jeanne Roussieaux le 02/01/1738. Il était soldat dans le régiment de Touraine-infanterie en garnison à Sedan. (AD55 Pouilly 1723-1759 67/267).

Tressée Jean François. On apprend lors du mariage de sa fille Marie Barbe, le 29/06/1738, qu'il est le chef de cuisine de M. de Pouilly. C'est aussi l'ancêtre des familles Normand, Stevenot, Gobert. (AD55 Pouilly 1723-1759 71/267).
Son fils Vincent Tressée (16/04/1743-16/05/1803) est dit garçon cuisinier au baptême de Marie Bertrand le 06/09/1768, (AD55 Pouilly 1723-1759 97/267), sans doute comme son père au château de Pouilly.

Jean Boulanger dit Beauséjour, dragon dans les régiments du roy en la compagnie de M. de Lorraine, décède à 27 ans le 03/05/1739. (AD55 Pouilly 1723-1759 79/267).

Thomas Warlotaux employé au service du roi, dont la femme Élisabeth Bocquet décède le 26/09/1742. (AD55 1723-1759 101/267).

François François chirurgien, né le 12/02/1720 à Inor, il décède le 26/12/1742 à Pouilly à 23 ans. Il était le fils de défunt Jacques François et Jeanne Person, mariés à Inor le 05/07/1712. (AD55 1723-1759 104/267).

Jean Brincourt. Il est de Sedan mais périt noyé à Pouilly. Voici ce qu'écrit le curé :
"L'an 1744 le 18ème jour du mois d'avril, Jean Brincourt de Sedan âgé d'environ 50 ans est périt (sic) malheureusement dans les eaux sur le ban de Pouilly conduisant les chevaux des bateaux du sieur François Fayon lesquels l'ont jettés dans le précipice ainsi qu'il est prouvé par le procès verbal qu'en ont dressé les officiers de la justice du dit Pouilly qui ensuite ont ordonné qu'il serait enterré dans le cimetière du dit Pouilly où nous l'avons conduit le lendemain etc.". (AD55 Pouilly 1723-1759 121/267).

Pierre Guichard le 11/06/1745. Le curé note sa noyade :  "...Pierre Guichard garçon natif de cette paroisse âgé d'environ 24 ans lequel a eu le malheur de perdre la vie dans les eaux ainsi qu'il parait par le procès verbal de la levée du corps du dit défunt Guichard à nous représenté par la justice du dit lieu...".  Il était le fils de Pierre Guichard et Marie Hannetelle.  (AD55 1723-1759 130/267).

Un inconnu. "Le 06/10/1746 est inhumé dans le cimetière de cette paroisse, un enfant paraissant avoir l'âge de 8 à 9 ans. La levée en ayant été faite par les officiers de la justice de Stenay comme il parait par leur procès verbal du 5ème jour du mois et an que dessus ayant été trouvé dans les eaux vis-à-vis la Vignette etc.". (AD55 1723-1759 140/267).

Valerien Oudard et Pierre Habran, sont marguilliers comme on le constate lors de la visite épiscopale du 28/06/1747.

Charles Le Jon, jardinier se marie le 09/01/1748 avec jeanne-Marie Aubry à Pouilly. Cette dernière décède à 44 ans après 13 grossesses en 20 ans.
Il se remarie par la suite avec Marguerite Grammont à Laneuville le 01/09/1772.
Il était originaire de Coin-lés-Cuvry en Moselle où il était né le 11/03/1720. Il est décédé à Pouilly le 01/04/1787.
Cet homme n'a rien de particulier si ce n'est qu'il fut sans doute le jardinier du château. Il était en outre receveur des fermes.
Il est aussi qualifié de "receveur de monseigneur le prince de Condé". (AD55 1760-1791 146/345).
Ou de buraliste au décès de sa fille Marie Victoire le 10/01/1782. (AD55 1760-1791 240/345).
Il eut de ses deux femmes, 16 enfants (dont 9 moururent en bas âge) aux prénoms inhabituels et/ou composés. Une façon de se démarquer ?
On trouve des Dieudonné, Théodose, Michel Ange etc.
Parmi eux, Charles Dieudonné se portera caution pour la liberté de Vincent Fauvelet en 1794.
Sa fille Anne-Margueritte le 23/06/1759 est tenue sur les fonds baptismaux par "... le sieur Joseph le Picard, garde général des eaux et forests du roy résidant à Beaumont-en-Argonne et demoiselle Anne Margueritte de Moriville...". (AD55 1723-1759 261/267).

Marguerite Louise Jacob née vers 1694, décédée le 02/11/1761 à Pouilly est sage femme. (AD55 1760-1791 21/345).
Elle savait signer et devait être instruite car de 1744 à 1761 date de sa mort, on ne compte que 9 ondoiements.
Elle était mariée à Jacques Willaime (ca  1682-09/03/1765), marchand hostelin en 1738.

Jean Gobert est chirurgien juré. On ne sait rien de lui si ce n'est qu'il intervient la première fois (connue) lors de l'accouchement de Marie Habran, femme de Jean Ravigneaux le 24/12/1747. (AD55 1723-1759 149/267).

Affricain Billardin décède le 10/10/1749 à 75 ans ou environ. Il n'a rien de particulier si ce n'est sa profession de tailleur de pierre.
En effet quand on voit l'importance des carrières à Pouilly, il est étonnant de ne pas voir plus de gens de ce métier.
Notre homme né vers 1674 a peut être participé à la construction de l'église ? Il est en effet en 1705 qualifié de "maître masson" lors de la naissance de sa fille Françoise. Le curé le nomme également Afrequant... Il était marié à Jeanne Crouchet.

On connait aussi Jacques Neveux, tailleur de pierre, maçon, mari de Marie-Jeanne Cholet. (AD55 1723-1759 228/267).
Egalement un Gaspard Neveux tailleur de pierre, marié à Jeanne Chollet lors du baptême de leur fil François le 17/05/1756. (AD55 1723-1759 233/267).
Et dans la famille Limousin : André +29/08/1728, Jean en 1721, Adrian tailleur de pierres en 1754, Jean en 1754 etc.
Dans la famille Neveux on trouve aussi Martin Neveux, maçon en 1766, Jean François Neveux, fils de Martin, en 1818. (AD55 1813-1822 111/200).
Comme pour la famille Arnould, on voit bien que le métier se transmet en famille.

Marguerite Stevenot (née à Pouilly le 28/07/1727 et décédée à Chassepierre le 24/03/1775) se marie le 22/02/1751 à Pouilly à Pierre Benoît De Rossel qui s'avère être un noble (certes de fraiche date) de Chassepierre en Belgique. Ces De Rossel étaient des maîtres de forges. Ils sont d'ailleurs enterrés dans l'église de Chassepierre, signe d'une certaine notoriété.
Sa mère Barbe Dian, s'étant remariée à Jean Deleau, originaire d'Herbeumont en Belgique. Deleau était meunier à Pouilly depuis 1737 et c'est sans doute par ses connaissances que sa belle-fille a conclu ce mariage.
Mais il faut reconnaître que la famille De Rossel était depuis quelques temps en "perte de vitesse" dans ses activités métallurgiques.

Toussaint Robin décède le 08/04/1752 à Pouilly. Il était maître batelier demeurant au Pont Darche, (donc sans doute à Mézières. On ignore les circonstances de sa mort mais il était âgé de 64 ans. Il s'était marié à Marie Élisabeth Petitcolas le 09/01/1712 à Charleville Mézières. (AD55 1723-1759 194/267).

François Henry Guichard est procureur au présidial de Reims comme on le constate lors du baptême de François Henry Guichard son neveu, le 19/08/1754. (AD55 1723-1759 218/267).
Le présidial de Reims était en fait un tribunal et ses registres d’audiences criminelles fourmillent d’affaires banales : insultes, coups, filles séduites etc.
Il était le fils de Pierre Guichard, laboureur et Élisabeth Person, né le 07/11/1726 et marié à Marie Jeanne Françoise Carrier, originaire de Château-Thierry, à Reims le 25/01/1751.  (AD51 Reims saint Hilaire 1748-1753 124/230).
Il fallut le consentement des parents qui fut passé devant les notaires jurés au tabellionage de Stenay.
Il décède à Reims, paroisse Saint-Hilaire, le 07/05/1764. Sa veuve se remarie à Reims, le 06/081765 avec François Jules Person. Ce dernier est avoué au tribunal de Reims. Il était le fils de François Person dit le jeune (1700-1744) et de Marie Henry (1699-1737) tous deux de Pouilly. François Jules Person décède à Reims le 14/01/1793 et elle dans la même ville, le16/12/1796.
Voilà la preuve de belles ascensions sociale. Le curé Blanchot y est peut être pour quelque chose ?

Nicolas Vaillant est marchand de vin à Mouzon, mais commerce sans doute avec les gens de Pouilly, puisque par deux fois il perd un enfant dans ce village. Noël le 27/12/1754 à 1 an, (AD55 1723-1759 221/267), et Jeanne-Marie le 23/01/1756, âgée de 8 mois. (AD55 1723-1759 231/267). Il est vrai que promener des enfants en bas-âge en plein hiver explique peut être ces coups du sort.

Jean Maupassant "...berger de profession..." apprend-t-on au décès de son épouse Marguerite Lejeune le 19/10/1756. (AD55 1723-1759 235/267). Ce métier est confirmé à son décès le 05/03/1764.

Jean Gilles quant à lui, est tonnelier et vigneron. Dans une région viticole comme Pouilly l'était, c'est une profession assez peu répandue. Il décède le 03/11/1756. (AD55 1723-1759 235/267).

Marianne de Lespault dite La Lande, qualifiée de demoiselle, est décédée le 02/07/1758. Elle était née à Sedan vers 1696.
De Lespault serait le nom de son père et La Lande celui de sa mère. Mais que faisait-elle à Pouilly ? Etait-elle engagée au château ? (AD55 1723-1759 235/267).
Il y a un contrat de mariage aux AD08 entre Marie Anne Lalande et Jacques Camus en date du 14/12/1739, qu'il faudrait peut être éplucher.

Claude Lamac "... le 10/07/1759 a été trouvé dans la rivière un jeune garçon âgé d'environ 15 à 16 ans, lequel a été reconnu par Barbe Clouet, veuve de défunt Jean Lamac, vigneron à Milly pour un de ses enfants de son mariage avec le dit Lamac et qu'il s'appelait Claude, qu'il était catholique apostolique et romain et qu'il avait fait son jubilé et avait eu le malheur de se noyer le 7 du présent mois en se baignant. Ce qui a été certifié par le sieur Claude Romangin, régent des écoles du dit Milly, présent en personne suivant le procès-verbal de visite qui a été fait par un chirurgien juré en présence de la justice et du procureur fiscal du dit Pouilly en date du 10 juillet et qui nous a été présenté. En conséquence de quoi etc.".

Jean Noël est régisseur de M. de Pouilly comme on l'apprend au baptême de son fils Hubert Marie le 12/06/1761. On lui donne du "sieur" et du "demoiselle" à Françoise Michel son épouse. (AD55 1760-1791 17/345).
On trouve à Brandeville le 09/06/1749, le mariage d'un Jean Noël et d'une Françoise Michel que l'on peut soupçonner être les nôtres.
En effet il est qualifié de "receveur des domaines de M. le prince de Carignan". Comme témoins on trouve  " Monsieur de Navarre, directeur et receveur général des domaines de son altesse Monseigneur le prince de Condé, Monsieur Charriere contrôleur général des droits du dit prince...". (AD55 Brandeville 1746-1755 46/130).
Il serait né à Carignan vers 1717 et décédé à Autrecourt le 11/02/1785. (AD08 Autrecourt 1761-1792 352/534).

Jean Baptiste Bonne est bien malgré lui dans la liste des gens sortant de l'ordinaire à Pouilly.
En effet il a été "...trouvé mort par une main étrangère..." le 20/03/1764.
Mais on en sait pas plus. En 1764, pas de guerre, d'invasion. Un rôdeur ?
Il était cordonnier et marié à Marie Mazelot. (AD55 1760-1791 47/345). Voir son acte de décès en 1764.

Paul Dubois. Le 26/06/1764 le curé Billet note : "...ay reçu l'abjuration de Paul Dubois natif de la ville de Sedan, résidant à Bazeilles, de l'hérésie de Calvain...". (AD 55 1760-1791 51/345).
Il avait un frère Jean-François qui est témoin de l'événement. Mais on ne sait rien de plus sur eux.

Pierre Giraux.  Le 12/11/1765 Nicolas Nonnon curé note : "...ay baptisé un enfant qu'on nous a dit être fils de Michel Giraux et de Marie Françoise Viaudel de la paroisse d'Aumont, ses père et mère mariés ensemble, le quel né aujourd'hui dans cette paroisse où la dite Viaudel  mendiait son pain etc.". (AD55 1760-1791 66/345).
Aumont serait plutôt Haumont dans la Meuse ou Omont dans les Ardennes.

Nicolas Bourgerie (12/02/1741-06/02/1812), est pâtre à Pouilly. Son fils Nicolas lui succédera.

Jean Baptiste Thiebaut. Le 18/02/1766 "...en vertu de l'ordonnance rendue par Valerian Oudart maire juge en la haute justice de Pouilly, sur les conclusions du procureur fiscal en date de ce jour et à nous notifiées au sujet d'un cadavre trouvé sur ce territoire qui a été reconnu être M. Jean Baptiste Thiebaut ancien curé de Vraux de ce diocèse (Reims) ci-devant résidant à Wiseppe, nous l'avons inhumé etc.". (AD55 1760-1791 71/345). On ne sait ce qu'il venait faire à Pouilly ni les circonstances de sa mort à 57 ans.
Il a un frère François Thiebaut et un neveux Jean-Baptiste Person (ou Pierson ?).
Il existe en effet un Jean-Baptiste Pierson né le 06/01/1750 à Pouilly qui pourrait correspondre.

Jeanne-Marie Le Sieur décède le 07/06/1767. Elle est la fille de Ponce Le Sieur et de Margueritte Moulet de la paroisse de Puiseux.
Son décès a fait l'objet d'un procès verbal dressé par les officiers de la justice de Pouilly. "...Jeanne Marie Le Sieur nous a paru âgée d'environ 20 ans ..." note le curé Polonceau. (AD55 1760-1791 83/345). On ne connait pas les circonstances de son décès.

Anne Lecuyer sage femme jurée née vers 1703 et décédée le 29/10/1767. Elle était la femme de Martin Sauvage.

Jean Lambert décède le 01/04/1768, âgé d'environ 37 ans. Il était marguiller receveur de la fabrique. (AD55 1760-1791 94/345).

Jeanne Marie Sauvage le 30/06/1768 fait les fonctions de sage femme au baptême du fils de Louis Stevenot manouvrier et de Geneviève Chollet auquel né d'aujourd'hui et ondoyé à la maison. (AD55 1760-1791 96/345).
Cette Jeanne Marie fille de Martin Sauvage et d'Anne Lecuyer, née vers 1735 eut 13 enfants de Jacques Williaime (X 27/11/1758 Pouilly) dont 9 décédèrent  en très bas âge.
On voit qu'en 1781 elle est sage femme jurée. (AD55 1760-1791 232/345).

Marguerite Falala (03/06/1709-24/10/1771), veuve de Thierry Bigot faisant les fonctions de sage femme ondoie Jeanne Marie Durlet le 16/07/1769. (AD55 1760-1791 104/345).
Elle est la fille de Martin Falala chirurgien que nous avons déjà rencontré.

Marie Jeanne Collin décède le 13/11/1769. "... mendiante passant dans cette paroisse paraissant âgée d'environ 60 ans épouse de Joseph Camboulisse tailleur d'habit de la paroisse de Saugny proche la ville de Mons. (En Belgique ?). (AD55 1760-1791 107/345).

Jean Joseph Maurice (05/06/1738 en Belgique -29/06/1820 à Pouilly) est dit "au service de monsieur de Pouilly.." au mariage de Pierre Collignon et de Marie Elisabeth Potdevin le 19/07/1770.

Claude Philippe était jardinier de M. de Pouilly. né en Moselle à Tragny, annexe de Thionville, le 08/11/1750 et décédé à Pouilly le 28/04/1824. Sans doute arrivé dans les bagages de la deuxième épouse de Louis Albert de Pouilly, originaire de Custines.
Il s'était marié le 08/01/1774 à Elisabeth Tribut et était alors manœuvre. Ils avaient manifestement  mis la charrue avant les bœufs  puisque son fils Jean Claude nait le 23/05/1774.

Jean François Durand est baptisé le 14/07/1772 par Nicolas Gaillot, prêtre vicaire de Pouilly.
Ce curé a inscrit dans l'acte "... fils de Jean Baptiste Durand, marchand roulant et de Marguerite Ponsart ses pères et mères se disant de la paroisse de Mirecourt en Lorraine, auquel né d'aujourd'hui, on a imposé le nom de Jean-François...".
Puis il se ravise et raye l'acte et nous annonce :
"... ay baptisé un garçon né d'aujourd'hui à la ferme de saint-Rémi, paroisse de Mouzon, distant d'une demi-lieue, lequel a été présenté par un homme porteur d'un passeport des maires et échevins de la ville de Sedan, signé Bourotte en date du 12 novembre dernier, dans lequel il est dit se nommer Jean-Baptiste Durand natif de Mirecourt âgé de 26 ans vendant des petites marchandises et merceries, de la religion catholique apostolique et romaine et qui a déclaré que le dit enfant provenait de lui et Marguerite Ponsart sa femme et qu'il le présentait à cette église à cause de la proximité.
Le parrain a dit se nommer Jean-François Durand, oncle de l'enfant, et la marraine Barbe Noël, fille de la paroisse de Lunéville, l'un et l'autre marchand roulant etc.". (AD55 1760-1791 134/345).

Bonne Guichard une coriace ! En effet elle décède le 09/01/1773 à l'âge de 100 ans (environ ajoute quand même le curé...). Elle était veuve en seconde noce de Jacques Stevenot. On ne sait rien d'autre d'elle. (AD55 1760-1791 137/345).

Henry Millet le 22/04/1773 "...a été trouvé dans l'eau au dessus des écluses ...sergent en la prévôté de Stenay âgé d'environ 52 ans, époux de Marguerite Herbillon etc.". (AD55 1760-1791 141/345).

Marie Catherine Schlatter n'a rien de particulier si ce n'est qu'elle est femme de chambre de madame la baronne de Pouilly et qu'elle se marie le 21/02/1775 à Roussy-le-village avec un Antoine Clément.
Cet Antoine Clément est valet de chambre/secrètaire de Madame la comtesse de Custines, demeurant à Nancy.
On se souvient que le seigneur de Pouilly était aussi seigneur de Roussy et allié aux de Custines.
Elle est marraine de Vincent Durlet. Le parrain est Vincent Tressée lui aussi au service de M. de Pouilly. (AD55 1760-1791 151/346).
Ils sont aussi représentants des parrains et marraines au baptême d' Albert de Pouilly le 13/06/1775. (AD55 1760-1791 165/345).

Antoine Clément et Marie Catherine Schlatter ont un fils Antoine Albert baptisé le 18/09/1777. Le parrain est Louis Albert de Pouilly représenté par Vincent Tressée et la marraine madame Anne Catherine Marguerite Magnin, comtesse de Custines, de Guermange, de Roussy etc. représentée par Marie Marguerite Mougeat. (AD55 1760-1791 189/345).
Il a été "...baptisé de l'agrément de Monsieur le curé par nous Jean Baptiste Lambert, prêtre du diocèse de Reims etc.".
Ce haut parrainage ne l'empêchera pas de décéder un an après le 06/09/1778.
Duhoux précise que Vincent Tressée et Marie Mougeat habitent au château.


Philippe Lambert ne présente guère plus d'intérêt, si ce n'est qu'il eut pour marraine mademoiselle Adélaïde Louise Philippine de Pouilly, fille de messire Albert Louis de Pouilly, le 10/07/1776.
Elle était assistée par Marguerite Rigault dite Gautier, sa gouvernante car n'ayant que cinq ans.
Cette Marguerite Rigault était née à Nancy paroisse de saint Epvre vers 1727 et sans doute arrivée dans les "bagages" des Custines. Elle décède le 22/11/1777 à Pouilly. Duhoux avec sa précision habituelle nous apprend qu'elle a été inhumée "... à coté du chœur dans le lieu destiné à la sépulture des étrangers...". (AD55 1760-1791 192/345).
Le parrain, représenté par Pierre Lambert, frère du nouveau né, était Armand Louis Philippe comte de Custines. Il était quant à lui assisté  car en bas âge, par Jean Baptiste Lefebvre (homme d'affaire au château de Pouilly).
Les deux assistants habitaient d'ailleurs le château.
La famille de Pouilly ne se mélangeant que de loin avec la population du village, j'ai cru bon de signaler cette exception. (AD55 1760-1791 178/345).
Mais on ne sait pas pourquoi ce Philippe, fils de Pierre Lambert et de Marie Gillette Gobert eut droit à ce privilège.

Antoine Pelletier (1751-1821) est berger au château de Pouilly. Il est aussi le parrain d'Anne Marie Bertrand, fille de Pierre Vincent Bertrand, vigneron et de Marie Jeanne Rousseau, le 12/11/1776. (AD55 1760-1791 181/345). Il était marié à Marie Catherine Lambert qui décéda le 06/11/1781 suite à la naissance de sa fille Marguerite. Il se remaria 3 mois après avec Marguerite Bigot, puis avec Marie Anne Durlet en 1784.

Denis Lallemant né le 08/09/1711 à Sedan est retrouvé mort à Pouilly le 09/01/1777.
"...au soir, en vertu de l'ordonnance qui a été rendue aujourd'hui par le juge en la haute justice de ce lieu et qui nous a été dûment notifiée, le cadavre d'un homme inconnu, qui a été trouvé mort sur le territoire de ce même lieu,  que l'on présume se nommer Denis Lallemant et être de la religion catholique romaine, d'après deux papiers trouvés dans ses poches. L'un qui est un passeport où sont énoncés les noms, la patrie, l'âge et le signalement de Denis Lallemant, expédié le 31 août dernier par le sieur Gauthier  premier commis de l'intendance de Champagne.
L'autre qui est un extrait de baptême contenant que l'an de grâce 1711 le 8 septembre, Jean Nicolas Marteau  curé de la paroisse de saint-Mange prés de Sedan a baptisé etc.". (AD55 1760-1791 185/345). (Il s'agit de saint-Menges).
On apprend dans l'acte que Gilles Graincourt et François Lambert sont officiers de justice à Pouilly.

Jean Baptiste Lefebvre est qualifié "Homme d'affaire au château de Pouilly" lors du mariage le 05/11/1777 de Jean Joseph Maurice, valet de chambre de M. de Pouilly, natif de Bellefontaine, paroisse de Tintigny en Belgique et de Jeanne Thérèse Balzamie Le Jon, dont le père était jardinier. (AD55 1760-1791 191/345).

Dominique Tirard est aussi jardinier de M. de Pouilly. On ne sait pas grand chose de lui et il n'est sans doute pas de Pouilly. Il est parrain de Dominique Bertrand, fils de Pierre Vincent Bertrand et Marie Jeanne Rousseau le 01/04/1779. La marraine est Marguerite Maupassant originaire de notre village, avec qui il se marie à Thionville le 08/05/1780. (Publications de bans AD55 1760-1791 220/345).

Marie Françoise Nanin le 28/10/1778 se distingue en récupérant les chevaux de son "maître" à l'âge de 14 ans. Cet acte est raconté à l'année 1778.

Antoine Gobert se noie le 16/05/1779 à 12 ans. (AD55 1760-1791 210/345).

Henry Gobert est aubergiste avec sa femme Marie Potron, comme on le constate à la naissance de leur fils Pierre Albert le 07/08/1780. (AD55 1760-1791 222/345). Mais à son décès le 07/01/1822, il est parait-il cordonnier. (AD55 1813-1822 195/200).

Marguerite Gaudron, "...gouvernante des enfants de mon dit seigneur de Pouilly..." comme indiqué au baptême d'Auguste Théodore de Pouilly le 14/01/1781, où elle représente la marraine. " qui est haute et puissante dame, madame Auguste Louise de Custines etc.". (AD55 1760-1791 228/345). On ne sait pas d'où elle provenait.

Pierre-François Buisson est jardinier de M. de Pouilly. On le constate au baptême de son fils Vincent le 26/01/1782. Le parrain était Vincent Tréssée, lui même cuisinier de M de Pouilly. (AD55 1760-1791 241/345).
Il est né le 05/10/1750 à Sailly en Moselle et décède le 20/10/1831 à Inor.
Pierre-François s'était marié avec Jeanne Archeen le 07/01/1781 à Florange en Moselle où elle était née le 02/07/1752.

Bonaventure Saussette né le 01/05/1756 est employé dans les fermes du roi au poste de Floing. Il est présent lors du décès de son père le 05/03/1785. (AD55 1760-1791 276/345).

Louis François Durlet est "intendant de M. le baron de Pouilly" comme on le constate au décès de sa fille Marie-Anne le 24/05/1785. (AD55 1760-1791 280/345).

Jean Baptiste Berlet est employé des fermes du roi et domicilié à Pouilly.
Il est né le 19/11/1754 à Thénorgues dans les Ardennes et décédé le 13/01/1814 à Pouilly.
Les fiançailles avec Marie Marguerite Normand ont lieu le 10/11/1785. (AD55 1760-1791 283/345) et ils se marient le 22/11/1785.
Il n'était que temps car cette dernière accouche le 01/12/1785 d'un Vincent Marie.

Antoine Pierlot (14/04/1764 à Moulins- ) est "marchand boucher". Il est parrain de Antoine Joseph Maurice le 06/01/1787.
Son filleul  est  le fils de Jean-Joseph Maurice  "bourgeois de ce lieu"  et  de  Jeanne  Thérèse  Balzamie  Le jon. (AD55 1760-1791 296/345).

Jean-François Durant est baptisé à Pouilly le 14/07/1772 par Nicolas Gaillot prêtre vicaire de Pouilly. Le cas est particulier au point qu'il rédige un premier acte, puis le barre et rédige le suivant :
"...ai baptisé un garçon né d'aujourd'hui à la ferme de saint Rémi, paroisse de Mouzon, distant d'une demie lieue, lequel a été présenté par un homme porteur d'un passeport des maires et échevins de la ville de Sedan, signé Bourotte, en date du 12 novembre dernier, dans lequel il est dit se nommer Jean-Baptiste Durant natif de Mirecourt âgé de 26 ans, vendant des petites marchandises merceries, de la religion catholique apostolique et romaine et qui a déclaré que le dit enfant provenait de lui et de Marguerite Ponsart sa femme, et qu'il le présentait à cette église à cause de sa proximité. Le parrain a dit se nommer Jean-François Durant, oncle de l'enfant et la marraine Barbe Noël fille de la paroisse de Lunéville, l'un et l'autre marchand roulant. etc." (AD55 1760-1791 133 et 134/345)

Jean Baptiste Durlet est tonnelier lorsque nait son fils Louis François le 11/01/1787. (AD55 1760-1791 296/345).

Philippe Drumel est cuisinier chez M. le baron de Pouilly. Témoin au mariage de François Morlet et Marie Françoise Bertrand le 08/05/1787. (AD55 1760-1791 300/345). On ne sait pas d'où il vient.

Charles Pierrard est marchand de bois quand il marie sa fille Marie-Anne à Jean-Joseph Poterlot, charron le 17/02/1789. (AD55 1760-1791 320/345).

Michel Aubry (ca 1726-02/02/1814 à Pouilly) est marchand cirier en avril 1790 quand il marie sa fille Marie Elisabeth à Jean Lefebvre. (AD55 1760-1791 329/345).

Gobert Brice. Un héros de la "résistance" catholique, mais au temps de la révolution. A l'âge de 16 ans il servit de passeur à des prêtres réfractaires.

Charles Romangin, descendant des Romangin de Pouilly. Il fut marin, accusé sous la révolution etc. Un aventurier.

Marguerite Collet était servante du sieur De Pouilly. On ne sait rien d'autre sur elle si ce n'est qu'elle se porte acheteuse d'une boîte de carton pour 2 livres 6 sols, quand les biens des De Pouilly sont vendus en 1793.

Marguerite Lambert  le 25/03/1797  est sage femme. Elle aide à la naissance de Jeanne Sarrey, fille de Elisabeth Fauvelet qui n'est pas mariée. (AD55 1796-1807 11/135).

Jacques Bertrand est aubergiste à Pouilly comme on le constate sur l'acte de naissance de François Morlet, son neveu, le 16/04/1797. (AD55 1796-1807 12/135).




Au XIX ème

Pierre Habran (13/07/1765-13/05/1840) est tonnelier. Il est témoin sur l'acte de naissance de Jean-Baptiste Boulanger le 17/12/1800. (AD55 1796-1807 42/135).

Claude Richard est brasseur à Pouilly. Il est né à Malandry le 05/10/1752 et se marie à Elisabeth Gobert le 18/01/1780. Il meurt à Pouilly le 28/02/1801.

Marie Elizabeth Sophie Launay se marie le 03/07/1802 à Jean Edmé Paccard, à Paris. (Fonds Andriveau - Mariages à Paris (1613-1805)). Ce Paccard est libraire-éditeur, romancier, poète et auteur dramatique. Il publie parfois sous le pseudonyme de Julia Viscentini. Né à Paris le 06/10/1777, il y décède d'hydropisie le 23/04/1844. Fils d'un domestique,  il exerça contre l'avis de ses parents, plusieurs métiers avant de pouvoir vivre de l'écriture tels garçon de bureau, garçon pâtissier (à 12 ans) et acteur (1795). Ses pièces ont été représentées, entre autres, au théâtre de l'Odéon, au théâtre de l'Ambigu-Comique et au théâtre de la Gaîté. Il est le père de l'architecte Alexis Paccard.
Cet Alexis Paccard est né le 19/01/1813 à Paris et décédé le 18/08/1867 à Aix-les-Bains. Il fut inspecteur des travaux aux Tuileries, architecte du château de Rambouillet etc.
Il reçut ka légion d'honneur le 14/08/1857 (Dossier  LH//2031/20). Il était aussi prix de Rome.

Louis Pierre Durlet se marie le 14/11/1804 avec Marie Hayen. Cette Marie est originaire de Roussy, le village prés de Thionville, mais demeure à Pouilly.
Mais c'est aussi à Roussy que Louis Albert de Pouilly s'était remarié avec Marie-Antoinette Philippine de Custines le 03/04/1770.
Elle est sans doute arrivée dans les bagages des Custines et n'est pas partie en émigration.
La famille Durlet travaillait pour le seigneur de Pouilly. Une de ses tantes Marie-Jeanne avait d'ailleurs été inhumée en 1739 dans l'église de Pouilly, signe d'une certaine notoriété. (AD55 1796-1807 101/135).

Martin Pernot est menuisier. Né le 02/08/1776 de Jean-Claude Pernot (maire juge en la haute justice de Pouilly) et de Jeanne Marie Lambert, il épouse Marie Anne Lambert le 13/11/1804.
On le retrouve régulièrement signant sur les actes avec le maire Jean-Baptiste Hussenet puis avec Jean-Baptiste Gobert.
Vers 1834 il est qualifié de propriétaire.

Jean-Baptiste Gobert est maréchal ferrant. Né le 11/10/1785 de Jean-Baptiste Gobert et Marie Dupuis, il épouse Anne Adnesse le 02/05/1808. Il est mort le 15/03/1834. Comme Martin Pernot ci-dessus il signe régulièrement les actes avec le maire Jean-Baptiste Hussenet.

Jean-Baptiste Ponsin est greffier et habite Pouilly. On le rencontre lors de la présentation de Pierre Savignac, né le 11/05/1806. (AD55 1796-1807 111/135).

Jean Chauvancy est percepteur en 1806. Il est domicilié à Pouilly et signe comme témoin sur de nombreux actes de naissance. (AD55 1796-1807 118/135). Il s'agit peut-être du fils de Jean Chauvancy et de Marie Jeanne Galichet, né le 12/10/1752 et décédé le 20/10/1825. Encore que sur les actes il lui est donné 50 ans en 1806.

Jean François Lambert (13/02/1754-24/04/1812), marié à Jeanne Marie Hans, est garde champêtre comme on le constate sur l'acte de naissance le 17/06/1807 de Jean Guichard, fils de Jean-Baptiste Guichard, vigneron et de Anne-Marie Saussette. (AD55 1796-1807 128/135).

Louis Lorin et Louise Labrosse perdent leur fille Luce, le 24/09/1807. Ils sont originaires de Clermont, (on retrouve sans problème leurs ascendances), mais habitent actuellement Pouilly. L'enfant décède "...dans le ci-devant château du dit Pouilly...". (AD55 1796-1807 134/135).  On ne sait ce qu'ils faisaient là.

Remy Gabriel George né le 01/08/1780 à Mouzon est brasseur à Pouilly. On le constate lors de la naissance de son fils Louis Emmanuel le 22/12/1808. Il était marié à Anne-Marie Adnesse (24/10/1784-27/10/1866). Les Adnesse étaient des meuniers. (AD55 1802-1812 100/174).

Nicolas Bourgerie né le 10/10/1773 est pâtre tout comme son père Nicolas (1741-1812) l'était. (AD55 1802-1812 107/174).

Jean-Baptiste Saussette est cordier. Né le 10/08/1746, il décède le 12/12/1835. Il est déclarant au décès de Marie-Elisabeth Saussette le 21/11/1808. (AD55 1802-1812 110/174).

Jean Baptiste Buisson est géomètre. Il est né à Pouilly le 13/02/1788 de Pierre François Buisson, jardinier et de Jeanne Archeen (voir plus haut). Il se marie le 13/06/1809 à Anne-Marie Julie Lambert. (AD55 1802-1812 120/174). En 1811 à la naissance de son fils Napoléon Ambroise, il est géomètre de première classe. (AD55 1802-1812 143/174).

Pierre Gouverneur né le 20/05/1787, est aide arpenteur. Il se marie à Marie-Élisabeth Bigot le 24/01/1810. Il est le fils de Pierre Gouverneur et de Marie Anne Prudhomme. (AD55 1802-1812 135/174).

Jean-François Normand est aubergiste en 1811 quand nait Jean-Baptiste Hubert, son fils, le 14/05. (AD55 1802-1812 145/174). En 1810 il était batelier. Sans doute menait-il de front ces deux activités. Il est marié à Anne Ponsardin et décède le 31/12/1815.

Jean-Baptiste Bertet est teinturier en 1813. Il déclare le décès d' Anne Meunier dont il est l'ami, le 30/01. (AD55 1813-1822 27/200). On ne sait rien de lui.

Robert Morlet né vers 1791 à Pouilly, tailleur, est condamné à 10 ans de travaux forcés et emprisonné au bagne de Brest. Il s'en évade le 04/08/1815. (F/7/10234, dossier 15200).
Je n'ai pas trouvé son acte de naissance, les archives n'existent plus pour la période 1792-1795.
Mais il existait bien une famille Morlet au village. Un François Morlet natif de Somme-Suippes le 30/01/1755, marié à Marie Françoise Bertrand le 08/05/1787, (AD55 1760-1791 300/345), a des enfants en 1788,1790,1797 et 1801. L'intervalle de 7 ans entre le deuxième et le troisième laisserait bien la place à notre Robert.
On ne sait bien sûr pas ce qu'il est devenu.

Alexandre Poterlot (07/11/1789-01/12/1857) est charron à Pouilly. Il se marie à Jeanne Tribut le 21/11/1815. (AD55 1813-1822 63/200). Il avait été marié à Jeanne Catherine Vivier le 19/06/1810, mais elle était décédée le 10/04/1815. (AD55 1813-1822 68/200).
Jean Charles Alexandre Poterlot est frère du précédent et également charron. Né le 08/01/1797 à Pouilly, il épouse Anne-Marie Tribut le 13/08/1825. (AD55 1823-1832 88/212).
Ils étaient enfants de Jean Joseph Poterlot né à Raucourt le 10/02/1763 et de Marie-Anne Pierrard de Pouilly où elle était née le 09/08/1751.

Jean-Baptiste Percebois est aussi charron. Il déclare la naissance de sa fille Adélaïde Augustine le 03/07/1816. Il est alors marié à Marguerite Fiquet. Il est le grand-père de Jules Édouard Gobert, ancêtre des Guichard, Berthelemy, etc. (AD55 1813-1822 74/200).

Henry Aubert est tonnelier. Il a avec Marie-Catherine Morlet sa femme, Marie Augustine le 07/07/1816. (AD55 1813-1822 74/200). Il était originaire de Belgique, mais marié à Pouilly le 13/11/1811.

Jeanne Marie Saussette est sage femme. Elle déclare Claude Alexis Evrard dont on ignore le géniteur le 09/07/1816. (AD55 1813-1822 74/200). Elle a alors 46 ans et serait donc en fait cette Jeanne Marie, née le 12/10/1770 de Nicolas Saussette et Marguerite Docq. Elle est l'épouse de Jean Baptiste Guichard (1748-1831). Elle décède le 12/01/1849.

Jean François Habran est menuisier quand il déclare le 20/07/1816 la naissance de Marie-Joseph qu'il a eu de Marie-Joseph Lefevre. (AD55 1813-1822 74/200).

Gilles Bigot est tonnelier en 1816. Il est présent lors de la déclaration de naissance de Marie-Joseph Habran, ci-dessus. (AD55 1813-1822 74/200). En fait on retrouve régulièrement sa signature sur les actes avec le maire Jean Baptiste Hussenet.
Son fils Jean-Baptiste Bigot est aussi tonnelier et se marie à Barbe Gobert le 11/11/1822. (AD55 1813-1822 192200).

Michel Arnould âgé de 25 ans en 1816 est maçon, comme son père Noël Arnould l'était déjà. En fait il semblerait que cette famille Arnould ait fourni bien des ouvriers du bâtiment. (AD55 1813-1822 75/200).
Ce Noël Arnould est celui qui détruisit les panonceaux et les attributs de noblesse sculptés sur les portes du château. Voir le retour du sgr de Pouilly en 1792.

Louis Balland (13/06/1765-23/06/1845) est menuisier. On le constate sur divers actes dont le mariage de Lambert Guichard et Catherine Balland le 02/09/1816. (AD55 1813-1822 82/200).

Pierre Godet (01/02/1763-09/11/1822) est lui tisserand. On le constate sur l'acte de mariage de Lambert Guichard et Catherine Balland le 02/09/1816. (AD55 1813-1822 82/200).
Ce Lambert Guichard est cordonnier.

Mathieu Saussette (12/06/1780-28/04/1858) est tisserand quand il déclare le 27/08/1817 la naissance de son fils François. (AD55 1813-1822 93/200).
Son père Jean-Baptiste Saussette était cordier.

Jacques Hubert est pâtre en 1817. Peu de renseignements sur lui si ce n'est qu'il décède le 01/01/1841. Marié à Marie-Jeanne Bertrand vers 1799. Il est héritier de Jacques Arnolet, (mais on ne sait comment...), qui meurt le 10/05/1817.

Jean-François Niclot déclare la naissance de son fils Henry le 07/03/1818. Il est préposé du domaine royal à Pouilly, comme son fils d'ailleurs le deviendra par la suite. Son épouse était Marie Launay. (AD55 1813-1822 105/200).

Jean-François Habran décède le 08/04/1817 à Carignan où il était huissier. Il était né à Pouilly de Pierre Habran et Catherine Thomas, le 25/04/1758.
"En thermidor an II, Levasseur prescrivit de le mettre en arrestation avec cinq autres de ses concitoyens d'Yvois et de le traduire au comité de sureté générale. Il fut conduit à Paris.".  Revue d'Ardenne et d'Argonne 1906 page 79.
Ce Levasseur originaire du Mans avait été envoyé dans les Ardennes rétablir l'ordre en avril 1794.

Jean-Baptiste Raulin est tailleur d'habit en 1818. (AD55 1813-1822 112/200).

Jean-François Hussenet est charron en 1818. (AD55 1813-1822 113/200).

Barthélemy Hinnuy, le 25/05/1818 à Pouilly, "...âgé de 76 ans, bourjonné à la figure avec une tâche noire à la face de la figure du coté droit, natif d' Huchée entre Dinant et Namur, est décédé aujourd'hui à 9;00 du matin dans la grange des moines, situé au bout haut de la dite ferme...".
Ce décès est déclaré par Jean-François Gobert âgé de 48 ans et Jean-Baptiste Gobert de 24 ans, tous deux cultivateurs aux fermes isolées de Prouilly. (AD55 1813-1822 119/200).

Claude Emmanuel Normand (1796-1854) est tonnelier. Né le 02/01/1796 de Jean François Normand et d' Anne Ponsardin, il se marie à Quincy-Landzécourt avec Anne Marie Bulon le 14/01/1819. (AD55 Quincy 1813-1822 62/100).

Joseph Gabriel Augustin Gobert (1789-1854) est cordier en 1821 quand il épouse Marie Durlet le 12 novembre. (AD55 1813-1822 166/200). Il est le fils de Jean Gabriel Gobert et de Catherine Richard.

Thomas Simon (1753-1837), est tailleur d'habit. Son épouse Elisabeth Dugard, décède le 08/08/1821. Elle était originaire de Lamouilly. (AD55 1813-1822 176/200).
Son père Simon Léonard était déjà tailleur vers 1730

Claude Watrain (1793-1865), est plafonneur quand il déclare la naissance de Catherine Victorine le 22/01/1822.

Jean-Baptiste Lecuyer est tisserand en 1822. (AD55 1813-1822 180/200).

Pierre Lecuyer déclare la naissance de son fils Pierre le 26/05/1822. Il est qualifié de "Journy". Quelle est cette activité ? Il semblerait que ce soit en fait journalier. Le dictionnaire Godefroy page 663, parle de "journeur", ouvrier qu'on paie à la journée. (AD55 1813-1832 181/200). En 1835 on le dit manœuvre.

Pierre Nicolas Bruno est tisserand. Marié à Marie Gobert il déclare la naissance de sa fille Elisabeth le 16/04/1824. (AD55 1823-1822 21/212) Il était originaire de Cesse.

Lambert Vivier déclare la naissance de son fils Ipolite le 06/06/1825. Il est boucher ambulant et marié à Françoise Vasseur. Il habite rue de l'ancienne cure.

Abel François Barthélemy enfant de 10 ans décède le 24/06/1828. Il est le fils de Henry Barthélemy, manœuvre et de Ève Richters. Jusqu'ici, rien de surprenant... Mais il s'avère que les parents ont voyagé quelque peu.
Henry Barthélemy vit de 1804 à 1812 à Kerpen dans la Ruhr, commune française à l'époque et Allemande de nos jours.
Un de leurs enfants, Joseph Emmanuel Henry, né à Kerpen vers 1810, est Officier des douanes françaises (Lieutenant) à Haguenau,puis à Strasbourg, retraité et receveur, buraliste à Bâmont commune de Saulxures-sur-Moselotte (88). Il s'était marié le 17/05/1835 à Martincourt avec Marie-Catherine Félix (1812-1883) ( Familysearch France Marriage 1546-1924 batch nr M83373-2 source film nr 1039545). Ce qui expliquerait peut être la venue de ses parents dans la région.
Ève décède en Allemagne dans la Ruhr le 17/01/1836, après avoir vécu à Stenay en 1835.

Jean Jacques n'est pas de Pouilly, mais vigneron à Inor. Le 21/11/1828 un acte relate la visite du greffier de la justice de Stenay et qui donne au maire lecture d'un procès verbal  de la levée du corps du sieur Jean Jacques. (AD55 1823-1832 164/212). De quoi est il mort ? Peut être de noyade. Il s'était marié à Elisabeth Bureau (1799-1869) le 06/07/1825 à Inor.

Jean-Baptiste Maximin Ryss, dit Max, ingénieur mécanicien domicilié à Pouilly, réceptionne la pompe à incendie achetée par la commune, le 02/05/1832. Il était né à Sedan vers 1786 et y décéda le 29/07/1863. (AD08 Sedan 257/414)
Il habitait à Sedan, 9 faubourg du Mesnil et sans doute à Pouilly dans une maison secondaire.
C'était un industriel, inventeur et architecte. Il est à l'origine de l'éclairage au gaz de houille, procédé inventé par Philippe Lebon. On peut lire un article élogieux dans le "Bulletin de la Société d'encouragement" page 238 de fin 1811.
Il était marié à Marie Appoline Poncelet d'origine liégeoise, mais dont il était séparé.

Armand Berton est menuisier en 1834 au décès de sa fille Henriette (AD55 1833-1842 59/352). Il était originaire de Freneuse (76).
Il habitait une maison de l'ancien château. Voir le décès de Louis Noël le 31/01/1840.

Brice Goffin est maréchal quand il décède à 41 ans le 01/07/1834. (AD55 1833-1842 60/352).

Louis Pierret 21 ans pâtre et Jean Baptiste Gaspard, 22 ans, domestique, nés et demeurant à Pouilly condamnés le 03/10/1832 pour attentat à la pudeur avec violence sont acquittés. (AD08 série U). (étaient-ils réellement natifs de Pouilly ?)

Jean Rainneson (en fait Reneson sur son acte de baptême et plus vraisemblablement Renesson) né vers le 01/06/1794 à Mouzay de François Raineson et Marie Piquart, berger à Inor, vient mourir à Pouilly le 22/07/1835.(AD55 1833-1842 81/352)
On ne sait ce qu'il faisait là, mais l'officier d'état civil prend des renseignements sur l'individu. Comment est il mort ?

Guichard Antoine Auguste nait à Pouilly le 07/10/1837 de Jean-Baptiste Guichard (1805-1841) et de Marie Catherine Lequy (1806- ). En 1871 il habite à Paris, 9, rue de Léonie dans le quartier Saint Georges, où il est cocher. Il participe à la commune, mais je n'ai pas trouvé son dossier. Il décède à Paris le 10/10/1905 après s'être marié trois fois.

Jean Scholtaisse est marié à Marie Jacquemain en novembre 1830. Il est successivement manœuvre en 1831, fileur en 1833 et pâtre en 1836, 1838. Il était né le 08/08/1809 à Pouilly.

Joseph Stevenot est bourrelier. On l'apprend quand il déclare la naissance de son fils François Augustin le 31/12/1840. (AD55 1833-1842 170/352). Il est l'ancêtre des familles Guichard d'en bas, Wendling, Vanderesse  etc.

Pierre Godet est garçon brasseur à Pouilly en 1842. Il épouse le 15/11/1842 Barbe Angélique Gobert. (AD55 1833-1842 241/352). Il exerce toujours en 1850

Charles Gabriel De Chilly, artiste dramatique, est retrouvé mort le 05/07/1843 prés de la Vignette. (AD55 1843-1852 31/369)

Guillaume Colas est natif de Pure (08) mais marié à pouilly. Il décède à la prison de Clairvaux le 12/06/1844.

Jean-Baptiste Aubert
de Pouilly, participe à l'insurrection de juin 1848.
Marie Nicolas Augustin George également.

Jean Baptiste Fiquemont est berger en 1845. Marié à Marie Augustine Sauvage, il déclare la naissance de son fils Celestin le 20/05/1845. (AD55 1843-1852 62/369). Ils étaient originaires de Neuville-Day (08). Lui y était né le 20/01/1815

Jean Henri est trouvé mort entre La Vignette et Pouilly le 13/06/1845. Son fils Gilles Henri, menuisier à Stenay le reconnait et déclare qu'il était cordonnier à Cesse. (AD55 1843-1852 80/369)

Félix Guerard, âgé de 8 ans, habitant à Villemontry, est retrouvé mort à 8:00 sur les bords de la Meuse, prés de Pouilly le 18/11/1845. (AD55 1843-1852 82/369). Que faisait à cet endroit ?
Il était le fils de Lambert Guerard, pâtre à Villemontry et de Barbe Rennesson.

Madelaine Schaffner décède à la Vignette le 24/03/1862 (AD55 1853-1862 219/237). Elle n'a rien de particulier si ce n'est qu'elle fut marié à un musicien assez connu, Vincent Gambaro.

Chauvancy Romain Jean né le 24/02/1847 à Pouilly il apparait dans la "Liste départementale du contingent Meuse 1867" (AD08 1R001 1867 12/43) Il est alors "élève-maître à l'école normale de Commercy". Il est dispensé du service puisqu'engagé pour 10 ans dans l'instruction publique. Il est le fils d'Ambroise Chauvancy et de Marie Catherine Thomas.

Evrard Léon Jean-Baptiste né le 15/11/1847 à Pouilly. la "Liste départementale du contingent Meuse 1867" (AD08 1R001 1867 14/43) nous apprend qu'il est affecté au 7ème RI et qu'il est condamné le 21/06/1872 par le 21ème conseil de guerre permanent de la 1ère division militaire à la peine de deux ans de prison pour désertion. Il sera gracié du restant de sa peine par décision présidentielle du 28/11/1873. Il a fait la guerre de 1870. Il était boulanger et fils d'Auguste Evrard et Marie Catherine Lamotte.

Balland Jean Pierre Célestin né le 11/01//1847 à Pouilly il apparait dans la "Liste départementale du contingent Meuse 1867" (AD08 1R001 1867 15/43) Il est alors instituteur adjoint. Il est dispensé du service puisqu' engagé pour 10 ans dans l'instruction publique. Il est le fils de Philippe Balland et Anne Marie Victorine Gobert.

Saussette Jean Baptiste Édouard
né le 19/02/1844, condamné au bagne et décédé en Guyane le 09/01/1882

Marie Thérèse Joséphine Mortehan est née le 08/12/1847 à Ecurey dans la Meuse. Elle est sage femme de 2ème classe à Pouilly. Elle a passé son certificat d'aptitude à Nancy le 18/09/1868. (Liste des personnes autorisées à exercer l'art de guérir 1920)
Le 02/08/1871 elle se marie à François Augustin Stevenot de Pouilly.
Elle vivait encore en 1920

Le 31/01/1851 Pierre Victor Mazelot originaire de Pouilly le 08/03/1830. Il décède à Paris, parvis notre Dame au no 4. Il était tonnelier et demeurait port de Bercy, no 29. Bercy était alors un centre important du commerce du vin. Il avait 21 ans. (AD55 1843-1852 210/369)

Marie Victorine Zélia Palmira Bridoux née à Pouilly le 14/01/1853, a suivi les cours de l'école de sage femmes de Bar-le- Duc du 15/11/1879 au 27/08/1880 comme l'atteste un courrier du professeur de l'école, un certain Micault.
Le 25/01/1890 elle se marie à Sains-Richaumont (02) avec Honoré Gabriel Rougery. (AD02 Sains Richaumont 1890-1892 10/189). Après le décés de son mari avant 1918, elle revient à Pouilly, mais je ne sais si elle y a exercé.
Elle était la fille de Guillaume Bridoux (1812-1892), maréchal et de Justine Gueulin (1813-1892)

Joseph Normand décède en Belgique à Laiche, commune de Chassepierre le 24/04/1875. Il était né le 05/06/1795 à Pouilly. On ignore le nom de ses parents, puisque les registres de cette période ont disparus. Il exerçait le métier de colporteur. On ne sait si il était marié. (AD55 1873-1882 58/177)

Alexandre Jacques est décédé le 23/12/1875 "...à 150 mètres du village, environ...". Il était originaire de Mogues (08) près de Carignan. Il était propriétaire et âgé de 46 ans.

Jean Isidore Peltier est condamné par le conseil de guerre à 7 années de réclusion et à la dégradation miltaire et à 5 ans de surveillance le 29/08/1875. Il est coupable de vol et tentative de vol. (voir son registre militaire matricule 228 Mézières)
Il était domestique et né à Pouilly le 28/07/1851 de feu Vincent Peltier et Marie Catherine Gobert.
En 1882 il est sorti de prison puisqu'il se marie à Marie Andrien à Brouennes le 29/11/1882 (AD55 Brouennes 1873-1882 209/214)
A ce mariage, il reconnait un enfant Antoine Andrien, né le 27/01/1881 comme étant son fils. Cet Antoine aurait donc été conçu en mai 1880. Or le père était en détention...

Guichard Henry Théodore, facteur de la poste aux lettres né à Pouilly le 10/09/1840 est condamné en 1889 à 3 ans de prison et 100 fr d'amende et privé pour 10 ans de fonction publique pour faux et suppression de lettres. (AD08 série U)
Il était en récidive car le 09/09/1880 il avait déjà été condamné à 18 mois de prison et 50 fr d'amende pour abus de confiance, escroquerie, tentative d'escroquerie et suppression de lettres. (Le Petit Ardennais 11/09/1880 page 3)
Il avait épousé Marie Françoise Darbour le 20/04/1862, à Raucourt (08) où il travaillait comme ouvrier en fer.
Il est décédé à Paris 20e le 27/11/1891 où il était journalier. (AD75020 Paris 564/623 acte 4129)

Gobert Marie fille de Mathieu Gobert et Marie Anne Durlet décède à Fains le 29/09/1890 à 67 ans.(AD55 Fains 1883-1892 244/330)

Auguste Tellier, fils d' Auguste Tellier, manœuvre et de Marie Rouyére, domiciliés à Pouilly, décède à Stenay à l'hospice de cette ville, situé place La Fontaine. (AD55 1873-1882 110/177). Il était âgé de 9 ans. Que faisait il à l'hospice ?

Lambert Guichard, décède le 27/10/1880 à 88 ans. Il est dit "...pensionnaire de l'état, sans profession..." (AD55 1873-1882 141/177)
Pourquoi était il pensionnaire de l'état puisqu'il a été cordonnier en 1822, 1826, vigneron en 1828, 1833 ,1879, manouvrier 1857.
Pas de trace d'exploit militaire ou autres services justifiant cette pension...

Jean Baptiste Georges Colinet décède le 02/09/1880. Bien que marié à Anne Marie Stevenot, décède au domicile de la veuve Tribut. (AD55 1873-1882 142/177). Ce pourrait être Emèlie Lahouille, veuve de Jean-Baptiste Tribut, décédé le 15/01/1877.
Anne Marie Stevenot était la cousine de ce Jean-Baptiste Tribut.
Les dates peuvent correspondre.

Jean Joseph George est buraliste en 1881. Il est témoin à la naissance de Augusta Marie Eugènie le 19/07/1881. (AD55 1873-1882 144/177)

Augustin Pivot est marchand de vin, domicilié à Paris. Il vient mourir à Pouilly 28/01/1891, chez Pierre Thomas qui travaille aux chemins de fer. (AD55 1883-1892 166/185)

Charles Coral est éboueur. Il déclare le décès de son beau père Alexandre Liegeois le 23/05/1891. (AD55 1883-1892 167/185)

Louis Victor Godet décède le 08/06/1890 à Maimento de Serva de la commune de Gouveia  au Portugal. Son décès n'est retranscrit que le 01/08/1892. (AD55 1883-1892 174/185)
C'est le curé de cette ville qui découvrant ce décès a cru bon d'en faire part à la municipalité de Pouilly.
Il avait 28 ans, était employé de fabrique, marié à Camille Porcina et avait deux enfants.
Il était né à Pouilly le 16/04/1863 de Pierre Godet et Marie Catherine Adnesse.

accident Faucon eugeneAchille Faucon est né à Pouilly le 27/11/1878 de Nicolas Faucon (1850-1894) ouvrier dragueur et de Angeline Caron (1851-1908). Il n'est pas resté longtemps au village puisqu'on le trouve chauffeur mécanicien en 1898 à Paris. Il conduit une automobile appartenant à la famille Rothschild et a un accident avec un fiacre. Il est condamné le 29/10/1898 par la cour d'appel de Paris à 25 fr d'amende pour blessure par imprudence puis amnistié le 24/10/1919
En 1902 il est à Rome au palais Borghese, l'ambassade de France. En 1908 il est en voyage en Finlande comme chauffeur du baron de Linder. En 1905 il est de retour à Paris puis repart en Finlande
Il fait son service militaire, mais le certificat de bonne conduite lui est refusé.
Il participe à la grande guerre, d'où il revient avec la croix de guerre et deux citations. Il a la médaille de la victoire et celle de la commémoration de la grande guerre.
Il est condamné par défaut par le  jugement de la 13e chambre correctionnelle de la Seine du 07/07/1924 à 3 mois de prison et 50 fr d'amende pour blessure par imprudence et délit de fuite puis amnistié le 05/12/1932.
Le 30/01/1927 Il est membre de la société mutuelle des chauffeurs français à Paris. (JO 30/01/1927 page 1283)
Il a été marié deux fois, avec Meline Moulinier (1880-1915)le 19/12/1903 à Paris, puis avec Eugénie Clément le 23/07/1921 à Paris également.
En 1931 son dossier militaire nous apprend qu'une carte du 06/02/1931 est revenue comme inconnu. Sa trace est alors perdue...

Mais c'était sans doute un personnage particulier.



Charles Paul Guichard, fils de Pierre Adolphe Guichard et Anastasie Galot nait le 02/05/1859. Il accompli son service militaire et son dossier nous apprend que son dernier domicile connu en janvier 1890 était en Argentine à Capataz-Cadsilla. Qu' y faisait il ?
Il avait accompli une période militaire du 01/10/1888 au 13/10/1888. Il s'est donc expatrié entre le 13/10/1888 et janvier 1890.
Charles Jean Baptiste Guichard, frère de Charles Paul ci-dessus est né le 14/08/1863.
Il était employé de commerce. Son dossier militaire nous apprend qu'il était domicilié à Verviers en Belgique en 1888 et 1895.
Antoine Lucien Guichard un autre frère était aussi employé à Verviers en 1892
Or à Verviers Jean Baptiste Gobert, fondateur des magasins Réaumur y était déjà depuis 1881.
Coïncidence ou regroupement ?

Nicolas Thomas, décède à Pouilly, au lieu dit le Pont d'Alma le 03/10/1892. On ne connait pas les circonstances de sa mort. Il était âgé de 74 ans  et  avait été marié trois fois. (AD55 1883-1892 174/185)

Louis Henri Dournelle est éboueur en 1893. Il se marie début novembre 1893 à Catherine Adeline Crouet. (AD55 1893-1902 bans 64/130)
Il était fileur de laine en 1888 comme nous l'apprend son dossier militaire (matricule 2054 Mézières)
Il a été condamné le 03/03/1894 par le tribunal de Montmédy à 15 jours de prison ferme pour coups et blessures volontaire ayant occasionné une maladie (sic) avec incapacité de travail de plus de 20 jours.
Il est décédé le 12/10/1896 à Mouzon.

Aimé Eugène Labille est né le 21/06/1882 de Jean Labille et de Marie Alphonsine Renaux.
Son dossier militaire nous apprend qu'il a été condamné le 04/02/1902 par le tribunal correctionnel de Montmédy à 16 francs d'amende pour coups et blessures. Ce mauvais démarrage dans la vie ne l'empêchera pas de s'engager, passer caporal en 1904, puis sergent en 1905. Il est sergent major le 02/081914. Il est blessé à l'épaule gauche le 28/08/1914 au combat de la Woevre. Fait prisonnier le 08/11/1915, il s'évade le 03/10/1918. Il est nommé adjudant chef le 07/081919 participe à l'occupation de la Ruhr et quitte l'armée le 01/08/1927 après avoir été rétrogradé à l'emploi de sergent le 12/08/1926. Cette rétrogradation est sans doute due à la condamnation pour complicité d'escroquerie par le tribunal d'Epinal le 08/01/1926, à un an de prison et 500 francs d'amende.

Jean Baptiste Vaucourt en 1913 est écorceur de bois. Il est marié à Maria Lux le 20/07/1906 à Kaysersberg (Haut Rhin)



Au XX ème


Gobert Jean Baptiste Le fondateur de Réaumur.

Dumont René, agronome écologiste , candidat à la présidence

Ravel René  le plus folklorique des gardes-pêche de la "Rossette de Pouilly".

Collard René le dernier vigneron de Pouilly.

Berlet Jean Baptiste, menuisier-inventeur.

Antoine Schaab, âgé de 40 ans, vannier ambulant, sans domicile fixe, résidant à Pouilly, né à Etain, se marie le 23/02/1911, à Emerance Eugénie Henrard, 36 ans sans profession, sans domicile fixe, résidant à Pouilly, née à Han-Sur-Lesse en Belgique. Le mari ne savait pas signer.

Alphonse Gustave Rambourg (1874-1950) venait en vacances à Pouilly où il possédait la maison en bas de la rue de la cure, en face de l'ancien presbytère. Il était musicien et organisait des manifestations théâtrales pour la jeunesse.

Messali Hadj né le 16/05/1898 à Tlemcen et décédé le 03/06/1974 à Gouvieux dans l'Oise. Il est le fondateur du PPA, (parti du peuple Algérien), puis le MNA (Mouvement National Algérien) etc. Il était l'ami d'Albert Camus.
Pourquoi en parler ? Tout simplement car il était l'oncle d'un de nos contemporains et amis, Claude Bestel et qu'il est venu en visite à Pouilly.
La mère de Claude, Fernande Busquant, mariée à Octave Bestel était la sœur de d'Émilie Busquant femme de Messali Hadj.
Cette Émilie confectionna le drapeau Algérien que nous connaissons dés le 14/07/1937. Il ne sera officialisé que le 25/04/1963, 10 ans après le décès d'Émilie Busquant, le 02/10/1953 à Alger.

tombe_noah_pouilly Yannick Noah n'a jamais mis les pieds à Pouilly. Par contre sa mère Marie Claire Perrier (30/091937-01/10/2012) dans les années cinquante, y venait en vacances, dans la maison en haut à gauche de la rue de la cure.
Elle est la fille de Marcel Louis Perrier, professeur de dessin, (né le 10/01/1903 à Yzeure dans l'Allier et décédé le 19/09/1994 à Sedan) et de Camille Marie Bayet (née le 15/04/1906 à Haraucourt et décédée le 19/11/1953 à Sedan).
Cette grand-mère de Noah est inhumée au cimetière de Pouilly. Sa tombe peu entretenue, ne fait pas honneur à son petit- fils.
Le journal l' Ardennais pour je ne sais quelle raison et par quel truchement en a fait écho le 07/11/2016

Georges Beconcini, plus connu sous le pseudo de Ray Capri venait à la pêche à Pouilly.
Son orchestre dans les Ardennes et la Meuse était connu de tous. Il a formé à Sedan toute une génération d'accordéonistes.
Je l'ai connu à Pouilly pour avoir récupéré sa fille Belinda, qui ne savait pas trop nager et partait avec le courant. Né à Joeuf (54) le 22/11/1925, il est décédé le 22/01/2017 à Sedan à l'âge de 91 ans.

Arsène Mersch n'est pas de Pouilly, mais il y est tellement venu pêcher que je lui accorde quelques lignes. Il était né le 14/12/1913 à Koerich au Luxembourg et il y décéda le 20/07/1980. C'était un grand amateur de brochets, qu'il n'hésitait d'ailleurs pas à braconner la nuit... Mais ce fut aussi un coureur cycliste entre 1934 et 1940 et il participa avec un certain succès au tour de France (1er de l'étape Caen - Paris le 02/08/1936)




On peut aussi citer René Dumay qui sans être de Pouilly, y venait régulièrement. Il avait été maire de Sedan de 1950 à 1959.
Sa maison se trouvait rue des carrières.

Roger Maudhuy est un écrivain de nationalité belge. Il est venu s'installer à Pouilly pendant quelques années puis a disparu comme il était arrivé...
Il serait maintenant dans les Vosges à en croire la critique de son dernier roman "Le sorcier de la Maucroix" aux éditions De Borée.
L'action se passe à Pouilly. Il y a mélangé quelques faits historiques qu'il n'a pas connus, pas plus que les personnages ou les bâtiments dont il fait état.
On notera tout de même qu'il y règle je ne sais quel compte avec une famille dont il changé bien sûr le nom :
"C’est bien une Richard, celle-là ! Ils sont aussi bêtes que leurs vaches, mais plus malins et plus sournois qu’une armée de jésuites quand il s’agit de leurs sous. Avec ça, une mauvaise foi à faire pâlir d’envie le plus roué des candidats à la députation." page 108




Et malheureusement quelques autres beaucoup plus douteux et décédés maintenant.

Avec mot de passe vous trouverez quelques éléments ici