la mort   La vieillesse, les accidents, la maladie et la mort


    La fin du parcours...


La vieillesse, les accidents, la maladie et la mort.

Nos ancêtres ne faisaient souvent pas de vieux os.
Les disettes, les maladies, un travail pénible, les guerres avaient raison de leur existence, sans oublier bien sûr la mortalité infantile qui ne diminuera qu'avec l'hygiène, une meilleure alimentation et les progrès de la médecine (Pasteur et la vaccination)

On trouvera toujours quelques exceptions comme celles ci-dessous :

Jean Marechal décédé à Pouilly le 24/12/1719 à l'âge de 106 ans. Il était hostelain. Il serait donc né en 1613

deces marechal jean 1
deces jean marechal 2

(AD55 1673-1722 253/276)

Bonne Guichard une coriace ! En effet elle décède le 09/01/1773, à l'âge de 100 ans (environ ajoute le curé...). Elle était veuve en secondes noces de Jacques Stevenot. On ne sait rien d'autre la concernant. (AD55 1760-1791 137/345)
Fulgence Richer commente ce décès avec plus de détails ajoutant "âgée de 103 ans et 4 mois, pendant toute sa vie elle n'a jamais bu que de l'eau". Mais comment savait-il cela ?

Dans la région ce même Fulgence Richer nous apprend qu'en 1630,  "...Laurion, premier jardinier du château de la Cassine, y mourut âgé de 123 ans. Il avait épousé 7 ou 8 femmes"
Il serait donc né en 1507... Mais que penser d'un tel témoignage ? Sans doute était-il vieux, très vieux même, mais l'absence de registre à cette époque doit tempérer la certitude de ce record.

Fulgence toujours lui, nous dit qu'en 1679 mourut à Mouzon Catherine Ponsardin, âgée de 112 ans. Puis en 1689, Mathieu Martin décède à 104 ans et en 1697, Roline Tempête à 103 ans.
Mais les archives ne commencent qu'en l'an VI. Ce n'est donc plus vérifiable.

Jean Colson, laboureur à Amblimont, y mourut le 14/06/1705 âgé de 105 ans. FR (AD08 Amblimont 1651-1711 150/179)
Ce Jean Colson est le beau père de Jean Neveux, dont les parents, Nicolas Neveux (ca 1634-1674) et Doucette Jacquelin (ca 1634-1714) sont à l'origine des familles Percebois de Letanne, puis Gobert de Pouilly.

Edmond de Noiville, curé de Sauville y meurt le 20/10/1716 âgé de 101 ans et deux mois. FR
L'acte initial disait "...âgé de environ 95 ans."  "Cent un ans et deux mois" ont été rajouté...(AD08 Sauville 1701-1723 100/152)

Jean Dusseaux, marchand à Beaumont y meurt à l'âge de 108 ans en 1739. FR

Pierre Prothain, garçon, meurt à Remilly le 09/03/1769 à l'âge de 103 ans. FR



Les circonstances de la mort

On ne les connait que rarement. Certains curés dans d'autres villages étaient plus "causants" que les nôtres.

On trouve par exemple cette Marguerite Pothier, née à Pouilly le 17/10/1677, mariée à Jean Simon, bourgeois de Carignan, qui décède le 08/12/1723 "...ayant pendant une maladie de quatre mois reçu les saints sacrements des malades...". (AD08 Carignan 1713-1726 273/377).

A Villy (08) le 20/03/1697 Jean Rochet décède dans sa maison "...après avoir en l'espace d'environ deux ans (eu) des douleurs aux jambes si grandes qu'on pourrait les comparer à celles de Job, qui ne lui laissaient point reposer ni nuit ni jour outre d'autres incommodités de la poitrine qu'il a souffert plusieurs années...esprit de pénitence et avec une patience admirable, content et bénissant dans tous ses maux et veillant presque toutes les nuits entières sans se coucher sur son lit " (AD08 Villy 1669-1792 92/609)

Richard Grincourt le 26/12/1727 "...a été tué malheureusement en sortant de Pouilly le vendredi 26 décembre...". Il est enterré le lendemain à Martincourt. On peut supposer qu'il avait passé noël en famille à Pouilly. (AD55 Stenay 1723-1740 106/409)

A Inor, on peut lire que le 01/11/1676 décéda Idron Genotel femme de Claude le Maigre (en fait Claude Thomasset), par un accouchement, (sic) munie néanmoins des sacrements hormis le saint viatique etc.". (AD55 Inor 1670-1699 42/160)
Le curé ne précise pas ce que devint l'enfant...

A Matton (08) décède le 06/01/1724 "Jacques Habay garçon âgé d'environ 18 ans après une longue maladie...". (AD08 Matton 1684-1739 162/236)

Avec la reprise par les maires de l'état civil, ces circonstances n'apparaîtront plus du tout, la loi s'y opposant.
Même pour des condamnations à la peine capitale, la loi a jugé qu'il ne fallait pas à cette condamnation ajouter celle de la postérité.

Il y eut sans nul doute des suicides, mais là encore, rien de précisé. Sous l'ancien régime, c'est normal puisque le suicide était considéré comme un crime, et le défunt se voyait privé du repos en terre bénite. Il était même parfois jugé, post-mortem et enterré face contre terre à l'entrée des cimetières pour que son corps soit foulé par les visiteurs.
Deux suicides sont attestés au XX ème siècle.

On note quand même sous l'ancien régime et particulièrement en cas de décès par noyade ou accident, les circonstances du drame.

Par exemple :
Albert de Pouilly âgé de 11 ans, fils de Claude Albert de Pouilly et de dame Barbe Antoinette de la Court, se noie dans l'étang de Pouilly. (AD55 Pouilly 1723-1759 64/267)
ou
Jean Brincourt. Il est de Sedan mais périt noyé à Pouilly. Voici ce qu'écrit le curé :
"L'an 1744 le 18ème jour du mois d'avril, Jean Brincourt de Sedan, âgé d'environ 50 ans est périt malheureusement dans les eaux sur le ban de Pouilly, conduisant les chevaux des bateaux du sieur François Fayon, lesquels l'ont jeté dans le précipice ainsi qu'il est prouvé par le procès verbal qu'en ont dressé les officiers de la justice du dit Pouilly, qui ensuite ont ordonné qu'il serait enterré dans le cimetière du dit Pouilly où nous l'avons conduit le lendemain etc." (AD55 Pouilly 1723-1759 121/267)

Et bien d'autres encore que l'on pourra découvrir sur cette page de dégâts des eaux.

ou encore

Jean Baptiste Bonne, qui est bien malgré lui dans la liste des gens sortant de l'ordinaire à Pouilly.
En effet il a été "...trouvé mort par une main étrangère..." le 20/03/1764.
Il était cordonnier et marié à Marie Mazelot.
 (AD55 1760-1791 47/345) voir son acte de décès en 1764

Marguerite Rigault dit Gautier, gouvernante des enfants des de Pouilly est frappée d'apoplexie le 22/11/1777. Elle avait 50 ans et était née à Nancy.
Valerien Oudart, "maire juge de la justice de ce lieu... est décédé  subitement le 01/12/1781, auprès du grand jardin de M. de Pouilly, revenant de travailler aux vignes..." (AD55 1760-1791 236/345)
Jean-Baptiste Isidore Bourgerie né à Pouilly le 11/08/1835, décède à Jametz le 22/09/1849 chez son oncle Jean Pierre Julien. Il était orphelin. Son père Jean-Baptiste Bourgerie était décédé avant sa naissance, et sa mère Françoise Jacob quand il avait 12 ans. L'acte nous apprend qu'il est mort du choléra.

A voir aussi ce Charles Gabriel de Chilly, "mort accidentellement par suite d'apoplexie." prés de la vignette, le 05/07/1843. (AD55 1843-1852 31/369)
Ou
Cet Arnould Charpentier, originaire de Milly-devant-Dun (En fait Milly-sur-Bradon) qui décède accidentellement à la mairie, le 12/01/1914. Il avait 81 ans. Que faisait-il à Pouilly ?

Les transcriptions de décès quand il s'agit de militaires sont plus précises.
Cette précision est parfois très médicale. Voir par exemple Docquin Alexis Ulysse, mort pour la France en 1916.
Voir aussi ce Guichard Pierre mort au Mexique de dysenterie ou ces soldats morts de blessures reçues lors de la bataille de Beaumont en 1870.
Les dossiers militaires nous informent parfois sur la santé du soldat  et  de ce fait, des causes de sa mort.
Ainsi Émile Alfred Percebois est-il réformé le 08/04/1891, pour une tuberculose pulmonaire dont il décèdera sans nul doute le 03/01/1892.
C'est parfois une condamnation, comme ce "...François Florimont, cavalier au régiment de Chelles, en garnison en cette ville (Stenay) condamné et passé par les armes ce jourd'hui vingt neuvième  (janvier 1732) ...et ce pour cause de désertion...". (AD55 Stenay 1723-1740 214/410)

Parfois les circonstances d'un décès sont troublantes. Ainsi Pierre Toussaint Rolin né à Dugny le 02/07/1799, vannier ambulant, décède à Pouilly le 22/03/1836 vers 3:00. Son épouse Marie Jeanne Denis, née en 1797, est retrouvée morte à Stenay en bordure de Meuse (sans doute noyée), le même jour à 11:00. Suicide de l'épouse ? Hasard ?
Ils avaient 36 et 39 ans.

Quand arrivent de grandes épidémie comme celle la peste de 1636 ou le choléra de 1854, la profusion de décès aux mêmes dates ne laisse planer que peu de doute sur la cause de la mort.
Quand au sein d'une même famille, décèdent plusieurs personnes on peut sans risque, supposer un problème de contagion.
Quand une mère disparait quelques jours après un accouchement, comment ne pas établir un lien de causalité ?
Ainsi Alexisse Graincourt, femme de Bonnaventure Romangin, accouche le 14/01/1719 et décède le 15 du même mois. C'est manifestement dû à l'accouchement. Elle avait 29 ans. (AD55 1673-1722 245/276)
En ce qui concerne la mort des jeunes enfants, les causes sont bien souvent l'hygiène déplorable, la malnutrition, les épidémies de fièvres diverses, les transports à fin de baptême et autres accidents domestiques.
Voir ces pages Maladie et mortalité infantile

Certains décès comme ceux à l'asile laissent présumer un état de santé psychique et/ou physique dégradé.

Quant aux autres...On ne peut rien affirmer.

Les gazettes et autres journaux relatent parfois dans les faits divers les circonstances d'un accident.
Ainsi le Petit Ardennais du 14/03/1901 nous parle de la mort de M. Grattepin (Il s'agit d'Auguste 1822-1901 :
"Hier 10 mars vers 3 heurs du soir, M. Grattepin, rentier à Pouilly, ancien marchand de bestiaux, se rendait à Inor en voiture.
Arrivé à la sortie du village de Pouilly, à l'endroit où la Meuse longe le chemin, le cheval s'étant cabré, M. Grattepin lui donna un coup de fouet, qui le fit cabrer d'avantage et reculer dans la Meuse.
Deux personnes témoins de l'accident se portèrent au secours de M. Grattepin, elles parvinrent à le retirer de l'eau presque aussitôt, mais les soins pour le ramener à la vie furent inutiles. M. Grattepin avait succombé à une congestion occasionnée par le froid.
Le cheval fut aussi noyé"




Où mourrait on ?

En général chez soi, ou chez des parents proches.

Les hôpitaux en nos campagnes (Stenay et Mouzon) n'étaient fréquentés que par les sans-domicile fixe, les très pauvres, quelques femmes obligées d'accoucher hors du village...
L'acte de décès de Lambert Bureau d'Inor le 15/03/1839, nous renseigne sur la qualité des services qu'on pouvait y attendre. En effet les témoins cités sur l'acte ont 76 et 69 ans et y sont infirmiers ! (AD55 1843-1852 350/369)
En 1906 Marie Catherine Josse âgée de 77 ans, meurt le 2 septembre à l'asile des petites sœurs des pauvres à Glaire-et-Villette. Elle était sans profession et célibataire, donc sans ressource.
Jeanne Catherine Meyers décède le 27/01/1911 à l'hospice de Stenay, place Jean Amel. Elle avait 84 ans.
Le 21/06/1912 un certain Jean Louis Bigaré, né à Pont-à-Mousson le 17/11/1881, manœuvre à Pouilly, décède à l'hospice de Stenay. Il était célibataire. En 1906 il était valet de chambre à Nancy, 61 rue Stanislas. Comment et pourquoi avait il atterri  au village ?

L'asile d'aliénés de Fains-les-Sources a reçu également quelques uns de nos villageois.

La rivière fut aussi pour certains leur dernier lit. La liste de ces infortunés est sur la page dégâts des eaux.

Parfois et par accident ou malchance on mourrait au village voisin ou tout près du village mais seul.
Marie-Louise Fay, veuve de Saintain Launay (1879-1945), décède le 25/09/1959, "...sur la route à proximité de son domicile..." vers 2:00 du matin. Elle allait sans doute demander du secours chez la famille Garin toute proche...

Claude Pottier demeurant à Damvillers, laboureur, décède à Pouilly le 07/02/1712 à l'âge de 55 ans. Il existait des Pottier à Pouilly, ce qui expliquerait sa présence dans notre village. On trouve à Peuvillers (55) un Claude Pottier qui se marie à Jeanne Didier le 13/02/1691. Il a alors 35 ans ce qui le ferait naître en 1656.

Jean Baptiste Thiebault, ancien curé de Vraux (51) habitant Wiseppe où il est né le 04/08/1709, vient mourir à Pouilly Son corps est découvert le 18/02/1766. Il avait 57 ans. Que venait il y faire ? Il y est enterré "en vertu de l'ordonnance rendue par Valérien Oudart maire juge en la haute justice de Pouilly"

Jeanne Marie Lesieur décède le 07/06/1767. Elle était née à Viel-Saint-Remy (08) le 08/12/1750 (AD08 Viel 1741-1750 172/174) de Ponce Lesieur, laboureur et de Marguerite Arnoulet. On ne connait pas les causes de sa mort, mais les officiers de la justice de Pouilly dressent un procès verbal. Elle avait alors 17 ans mais le curé dit qu'elle "a peu âgée d'environ 20 ans..". Elle habitait alors à Puiseux  (08). Que faisait-elle à Pouilly ?

Jean Alexis Aubry, cordonnier à Stenay, natif de Pouilly, meurt à Brouennes le 16/02/1817, "dans un champ joignant le chemin venant de Baalon et environ à quatre cent pas du village, mort d'apoplexie". (AD55 Brouennes 1813-1822 98 et 99/196)

Jacques Evrard, né le 15/09/1783 à Pouilly est retrouvé mort à Amblimont le 19/02/1854. Il est dit célibataire, indigent et sans domicile fixe. (AD08 Amblimont 1848-1870 43/235 acte 8)

Parfois de par son métier, ou pour avoir suivi sa famille, ou pour les femmes échapper à l'opprobre, on meurt loin de chez soi.
Marie Gobert, née à Pouilly le 05/08/1727, fille de Pierre Gobert et de Anne Desforges, décède à Reims à l'hôtel Dieu le 20/04/1755. Elle est célibataire et l'acte dit "En l'absence de tous parents et amis et en présence d'Antoine Bournon clerc du dit hôtel". (AD51 1751-1755 209/236)
Ou ce Jean-Baptiste Gouverneur, cordonnier ambulant, né à Pouilly le 19/02/1811 va mourir à Behonne le 16/03/1869. "...est décédé en cette commune, au domicile du sieur Emard, un homme dont l'état civil nous est inconnu et qu'un passeport trouvé sur lui a désigné sous le nom de Gouverneur Jean-Baptiste, âgé de 55 ans, cordonnier ambulant, né à Pouilly et demeurant à Mouzon..." (AD55 Behonne 1863-1872 148/188)
Parfois certains disparaissent totalement, comme Martin Pierre auguste Lukas, né à Pouilly le 22/06/1839. Il se marie à Elizabeth Miet le 26/09/1861 et a quatre enfants. A la mort de son épouse il disparait et sur les actes de mariage de ses filles il est dit sans domicile connu. On ne sait où il est décédé...

En 1908 le 9 mars, Jules Alfred Herbin,  est retrouvé mort au lieu dit "Le bois de Pouilly". Il avait 52 ans.
Le 12/04/1908, c'est Dominique Lecerf, 62 ans, domicilié à Stenay qui meurt chez François Jules Tribut, aubergiste. On ne connait pas les causes de la mort.

Pareil pour Nicolas Jules Monlibert, 50 ans, vigneron à Inor, retrouvé mort chez Henri Désiré Millet de Pouilly, le 12/04/1910.

Pour d'autres on peut supposer qu'ils vécurent leur dernier jour dans une famille éloignée.
Ainsi Marguerite Robinet qui décède à Amblimont le 09/03/1680, mais dont le corps est ramené à Pouilly, signe de l'importance de cette dame. (AD55 1673-1722 43/276)
Nicole Tissier, décède à Pouilly le 09/01/1685. Elle est inhumée à Villy (08) où elle s'était mariée à Jean Hanetelle le 18/11/1684. (AD08 Villy 1669-1792 39/607)

Les guerres, la pauvreté, les maladies ont souvent fait fuir les gens vers d'autres régions plus hospitalières. Il y ont parfois continué leur vie. Mais certains y son décédés.
Le curé de Villy (08) note "...est décédé Damien Lambert pauvre homme des environs de Siné (?) qui à cause des ravages de la guerre s'était réfugié ici dans notre maison paroissiale pendant sa maladie de laquelle il est mort..." le 30/09/1693 (AD08 Villy 1689-1792 81/609)
Plus prés de nous les exodes de la première et deuxième guerre ont amené leur lot de décès loin de Pouilly.

Pour les militaires à défaut du champ de bataille, c'était souvent dans un hôpital et sans gloire qu'ils finirent leurs jours.
Quelques condamnés ont terminé au bagne, comme cet Alfred Colinet ou ce Jean Baptiste Édouard Saussette.
Certains militaires démobilisés ont préféré ne pas regagner leurs villages d'origine et ont sans doute fondé leur famille loin de leurs origines. Il en est sans doute de même pour certains qui prisonniers ont préféré passer "à l'ennemi" et rester dans le pays adopté.

Mais il est certain que la plupart de nos aïeux sont morts dans leur lit, entourés de leur famille, voisins, maires, notaires et curés, car la mort était un acte publique.
On veillait le trépassé jour et nuit. C'était souvent l'occasion d'en faire le procès ou l'éloge. La mort effaçait ou accentuait les défauts. Cette coutume eut lieu jusqu'au milieu du XX ème.

Après la deuxième guerre, avec l'évolution de la médecine, les malades seront souvent dirigés vers les hôpitaux de Verdun, Sedan, Charleville, voire Reims, Nancy ou Paris.
Les "vieux" seront parfois délocalisés vers des maisons de retraite, Stenay, Verdun, Varennes... Sorte de mouroirs médicalisés anonymes et reviendront sans connaître la dernière veillée mortuaire.
Les nouvelles lois, l'emprise des pompes funèbres, la crémation ont détruit ce dernier lien avec le défunt.
La tâche des futurs généalogistes n'en sera que plus ardue, même si la loi fait obligation d'inscrire en mention marginale, le lieu et la date des décès.




L'extrême onction et les dernières volontés.


extreme onctionAvant de passer, il était bon de recevoir l'extrême onction et le viatique par le curé.
Dans les obligations du desservant existait aussi la visite aux malades.
Prêtre et enfants de chœur se rendaient donc au chevet du mourant avec les saintes huiles.
Une dernière confession et communion remettaient le futur défunt en accord avec son créateur.
Parfois le curé note que le mort est parti sans les sacrements. La décès était sans doute inattendu. C'est le cas de Gérard Lescuyer le 04/08/1691 (AD55 Pouilly 1673-1722 113/276)
Ou parfois c'est une partie des sacrements qui est administrée. A Villy (08) Jeanne Godefrin meurt "...d'une apoplexie qui a fait qu'on a su lui administrer que le sacrement de l'extrême onction après l'absolution qu'on lui a donné après le signe qu'elle a donné de son repentir"  (AD08 Villy 1669-1792 92/609)

Pour certains, il n'est rien précisé d'autre ou simplement "enterré au cimetière de Pouilly...".  Ainsi cette Jeanne de la Creuse le 13/07/1676 ou ce Michel Huard de Rémoiville le premier septembre de la même année.

Autre visite ante-mortem, celle du notaire.
Il n'était pas rare même parmi les plus "humbles" d'avoir recours à ce personnage qui se déplaçait alors au domicile et enregistrait les dernières volontés.
On trouve aux archives quantité de testaments. Ce sont des documents intéressants, au même titre que les inventaires.
On y retrouve en effet tout l'environnement du trépassé. Ses objets, ses outils, ses terres, ses vêtements etc.
Mais aussi ses héritiers ou ses déshérités...

On faisait aussi des dons à l'église, en terre, en revenus ou en fondation de messes. Ces offrandes ante-mortem étaient  encouragées par le curé qui y trouvait son compte.
Ainsi Jean Grincourt le 16/01/1725, fonde en l'église de Pouilly, une messe haute, un salut etc. moyennant 15 livres de rente sur sa maison et sur 28 verges et demi de vignes. La fabrique sera payée tous les ans. Rappelons que la fabrique était le bras logistique de l'église. (Inventaire-sommaire des Archives départementales antérieures à 1790: Marne)

Un exemple de testament.
Voici le testament de Jean-Baptiste Habran, chirurgien dont on sait qu'il est intervenu à Pouilly pour deux naissances en 1749 et 1750.
Il habitait Mouzon, mais avait des attaches à Pouilly.

"Au nom du père du fils et du Saint-Esprit ainsi soit il.
Ce jourd'hui seizième novembre mil sept cent
soixante six les neuf heures du matin"

"Jean-Baptiste Habran chirurgien juré demeurant
à Mouzon lequel gisant au lit malade dans
une chambre dépendant de sa maison qui prend jour
sur la cour vers le levant sain néanmoins
de corps, d'esprit, d'entendement, mémoire et jugement
ainsi qu'il est apparu a nous notaire royal"

"... veut et ordonne qu'après son décès il soit dit
pour le repos de son âme cinquante messes dont l'argent
sera déboursé au révérend père capucin de cette (paroisse) pour
trente messes et à Mr l'abbé Lallement régent du collège
de Mouzon pour les vingt autres"

On y apprend également qu'il nomme Marie Charlotte Herbin, sa nièce, légataire universelle, tout en reconnaissant le don mutuel le la jouissance de ses biens à Catherine Fleury son épouse.
Il n'oublie pas non plus sa servante à qui il doit ses gages augmentés d'un emprunt (?) , et les enfants d'Élisabeth Nepveux, veuve Balland demeurant à Laneuville devant Stenay, de qui il détient 3000 livres.  (AD08 3E8/43 M° Legrand à Mouzon)


La mort et l'enterrement

Et puis arrive le décès.
On prévient donc le curé, le maire, la famille.
Le menuisier (si cercueil il y a) a depuis longtemps préparé le "dernier costume" du mort. L'expression "sentir le sapin" vient de ce préparatif.
Le fossoyeur quant à lui creuse la dernière demeure. C'est un homme du village. Cette fonction perdurera jusque dans les années 1960/70. Ses prestations sont votées et tarifées par les autorités communales. Les dimensions des tombes sont "normalisées".
On sonne le glas qu'on appelle aussi les "laisses" et dont le nombre de sonneries est codifié. Neuf coups pour un homme, sept pour une femme et cinq pour un enfant, suivis d'une suite de coups espacés régulièrement dont le nombre correspond à l'âge du défunt.
Parfois le curé interdit cette sonnerie si le défunt n'en est pas digne... Ou même n'accorde aucune cérémonie comme pour ce Pierre Watez le 25/07/1709 à Coulommes-et-Marqueny (08). "...qui a été tué à Attigny environ une heure après minuit et ensuite enterré sur les cinq heures après midi dans un coin du cimetière où il a été descendu par ses parents sans solennité ecclésiastique pour ne s'être pas présenté aux sacrements etc." (AD08 Coulommes 1693-1729 58/140)

Tout un cérémonial accompagne les quelques heures précédant les funérailles.
On arrête les horloges de la maison, on vide les bassines d'eau, on ferme les volets, parfois on prévient le cheptel de la mort du maître de maison... Par cheptel entendons aussi les mouches à miel, "insectes pointilleux", dont on gratifie la ruche d'un linge noir.
Ensuite tout va très vite. Le cercueil est emmené à bras ou sur un corbillard.
Celui de Pouilly, sorte de chariot à roue, attend une remise en service (?) en bas du nouveau clocher.
Il est maintenant remplacé par les véhicules des pompes funèbres.
Les cercueils ne sont plus fait sur mesure, mais normalisés, matelassés. Seule subsiste l'obligation de poser des scellés sur cette dernière demeure si le corps doit être déplacé.

L'ultime adieu au cimetière ou au crématorium a parfois lieu plusieurs jours après le décès.
Et bien sûr la cérémonie n'est plus qu'une simple absoute, souvent dite par des laïcs, faute de trouver un curé.

Avant on enterrait le matin les morts de la nuit et l'après midi ceux du matin.
L'affaire était vite expédiée.
Et comme le disent les actes "... son corps a été inhumé dans le cimetière de cette église où il a été conduit avec les cérémonies ordinaires etc."
Habituellement on enterrait après 24 heures mais les risques de contagion obligeait parfois à expèdier l'affaire au plus vite.
Marguerite Petit, née à Pouilly le 04/08/1714 décède à Marville le 17/03/1785. Le curé écrit sur l'acte :
"...son corps a été inhumé à st Hilaire cimetière de cette paroisse avant les 24 heures révolues vu le certificat du sieur Guioth maître en chirurgie demeurant en cette ville, vu par M le prévôt de cette ville, attestant qu'il serait prudent de le faire le plus tôt possible..."

J'ai trouvé cependant deux cas curieux :
Celui de Pierre Goulet, mari de Catherine Stevenot, qui décède le 13/03/1724 et n'est inhumé que le 5 avril, soit 23 jours plus tard. Le texte de l'acte est parfaitement lisible et sans ambiguïté. Mais pourquoi un tel délai ? Peut être une erreur du curé Blanchot, qui tenait ses registres approximativement, ou la découverte tardive du corps  ? (AD55 Pouilly 1723-1759 13/267)
Celui de Thomas Lambert, fils de François Lambert et de Geneviève Damery. Il décède le 11/08/1762 et n'est inhumé que le 17. Le 11 août étant en 1762 un mercredi, rien n'empêchait l'enterrement le lendemain. C'est le curé Nonnon qui l'écrit, or ces actes sont généralement bien tenus.  (AD55 Pouilly 1760-1791 32/345)

Faut il en conclure que nos ancêtres étaient insensibles devant la mort ? Certainement pas.
Mais on ne pouvait conserver un corps, souvent sans cercueil autre qu'un drap cousu, le linceul. Ce drap qu'on avait conservé précieusement toute une vie dans ce seul but.
S'ajoutaient les risques de contagion si la mort était due à la maladie.
Et puis la terre, le métier, les bêtes, attendaient...

Il fut un temps où quelques privilégiés trouvaient leur dernière demeure dans l'église même, mais cette pratique fut interdite pour de simple raisons d'hygiène.
On en connait quelques uns qu'on retrouvera à cette page : Église 1715



Et après ?

Le deuil et sa stricte observance commençait alors avec une durée variable, selon le degré de parenté avec le défunt.
Souvent on commençait un deuil pour se plonger dans un suivant, puis dans un autre etc. Et finalement on passait sa vie habillé en noir.
(Encore que le noir ne fut pas toujours la couleur du deuil. Il remplaça le blanc.)
Jusqu'au XX ème, l'observance du deuil était de mise. Pas de couleur  vive, pas de fête, pas de bal, pas de signes ostentatoires de gaité. On portait un brassard noir.

Mais il fallait bien continuer...
Le veuf, si il avait des enfants en bas âge recherchait une nouvelle femme.
La veuve un nouveau mari car elle ne pouvait reprendre la ferme ou l'atelier seule.

C'est ce qui explique que nos ancêtres se remariaient très vite. Parfois quelques semaines seulement après le décès du conjoint.
On ne se souciait pas du délai de viduité.

Pour les statistiques, voir cette page Statistiques décès.
A noter que les actes de décés sont souvent les plus mal renseignés. Les curés ne prenaient pas forcément la peine de les noter tous, en particulier ceux des enfants en bas âge.
L'âge donné au défunt est souvent approximatif : "âgé de 70 ans ou environ...". En effet le curé ne s'astreignait pas à une recherche dans ses propres registres et à fortiori si le mort était issu d'une autre paroisse.
De plus si le défunt atteignait un âge avancé, il n'y avait souvent plus d'enfants, de conjoint, voire de petits-enfants pour attester de l'âge de l'intéressé. Et puis cet acte étant le dernier, son intérêt était donc moindre.